Les disparitions de Santa Barbara
La mort d'Andrea Bedford

 

 Accueil   This page in English  

Fatiguée de toujours devoir gérer le comportement excessif et jaloux de Cain Garver, Andrea Bedford décide de partir quelques semaines à San Diego, afin de faire le point sur sa relation avec celui-ci. Incertaine de son retour à Santa Barbara, Andrea laisse chez Cain une lettre d'adieu, ainsi que la bague de fiançailles qu'il lui avait offerte.

Toutefois, alors que Cain est suspecté d'être le violeur à la vidéo, Andrea décide de revenir à Santa Barbara. Sûre de son amour pour Cain, ainsi que de son innocence, Andrea, dès son retour en ville, le rejoint chez lui et lui fait part de sa décision. Elle l'aime, cela est aujourd'hui évident pour elle. Et justement parce qu'elle l'aime, elle lui conseille de suivre une thérapie afin de se libérer de cette violence intérieure qu'il n'arrive plus à contenir. C'est à ce prix qu'ils pourront reprendre la vie commune. De plus, elle lui promet aide et soutien dans l'épreuve qu'il est en train de traverser.

Ensuite, elle se rend chez le Commandant Phillip Hamilton, afin de mettre aussi les choses au clair avec lui. Consciente de toutes les intrigues et les manigances de ce dernier afin de les faire rompre, elle n'hésite pas à l'accuser d'être en grande partie responsable de sa rupture avec Cain. Car, au lieu de se comporter en ami vis-à-vis de son ancien camarade d'armée et vis-à-vis d'elle, il a fait tout son possible pour les éloigner. Andrea jure qu'elle ne lui permettra plus de s'immiscer entre Cain et elle. Malheureusement, la vague de violence qui secoue Santa Barbara ne va pas les épargner. Et Andrea sera la prochaine victime...

Conseillé par Brandon, C.C. Capwell accepte d'organiser un bal costumé pour la fête d'Halloween. Son tout nouveau Country-club en sera le cadre idéal. Mais, tandis que le jeune garçon ne voit là qu'un moyen pour redonner le sourire à Eden après le terrible drame qu'elle vient de vivre (quelques mois plus tôt, elle a été violée), C.C, lui, y voit le seul et unique moyen de monter un piège afin de pouvoir démasquer celui que tout le monde à Santa Barbara nomme le violeur à la vidéo. Sûr de sa réussite, C.C. demande même à Heather Donnelly de s'occuper des fonds collectés lors de la soirée, et de faire en sorte qu'ils soient reversés à une association venant en aide aux femmes victimes de viol.

Et c'est ainsi que les personnalités les plus en vue se retrouvent invitées à ce qui se doit être un des plus grands événements mondains de la saison. Malgré la peur du violeur à la vidéo, nombreuses sont les jeunes femmes qui ont accepté l'invitation du célèbre C.C. Capwell. D'ailleurs, à l'instar de Lydia Saunders, la majeure partie des invités voit là le moyen d'arrêter définitivement Cain, sur qui se portent tous les soupçons. En plus de ses problèmes de couples, de ses problèmes de violence, Cain aura à faire face, ce soir-là, aux regards accusateurs de la quasi-totalité des invités.

Parmi les invités, on retrouve entre autre :

- C.C. Capwell, l'organisateur de la soirée en George Washington,
- Sophia Wayne Capwell Armonti en Madame George Washington,
- Kelly Capwell Perkins Conrad en Little Bo Peep,
- Ted Capwell en Zorro,
- Eden Capwell Cranston Castillo en Juliette,
- Cruz Castillo en Roméo,
- Cain Garver en pirate,
- Andrea Bedford en Hélène de Troie,
- Mason Capwell en Napoléon,
- Julia Wainwright Capwell en Madame De Pompadour,
- T.J. Daniels en bourreau,
- Lydia Saunders en Marilyn Monroe,
- Arthur Donnelly en Jules César,
- Heather Donnelly en geisha,
- Michael Donnelly en Casanova,
- Zack Kelton en Robin des Bois,
- Victoria Lane Capwell en Cléopâtre,
- Phillip Hamilton en Darth Vador,
- Lieutenant Vic Boswell en policeman anglais.

Alors que les invités arrivent et que la fête commence, la tension qui règne au Country-club est palpable. Et dès le début de la soirée, C.C. se renseigne auprès de Sophia de la peur qui les ronge elle et Kelly. Sophia, malgré la présence de nombreux policiers, est quelque peu effrayée de se savoir entourée de tant d'hommes masqués. Sa peur s'accroît lorsqu'elle remarque un homme masqué déguisé en bourreau qui s'approche de Kelly. Alors qu'il empoigne Kelly, l'inconnu lui dit : «Une petite danse ? Oh n'ayez crainte, je ne suis pas aussi dangereux que vous. Car vous, vous séduisez les hommes, puis vous les abandonnez. Cela risque de vous coûter cher ma belle.» Kelly panique. Une peur terrible se lit sur son visage. Elle se croit prise au piège du violeur. Une peur qui prend racine dans le passé. Dans son propre passé. A quelque chose près, Kelly a déjà vécu cette scène, il y a plusieurs années de cela, en compagnie de son ancien fiancé, Peter Flint. Déjà à l'époque, elle s'était retrouvée seule face à son bourreau... Ayant pleinement conscience du danger, elle cherche le soutien de son père, qui se précipite à son secours. C.C., dans un geste plein de colère et de rage, arrache le masque qui recouvrait jusqu'alors le visage de T.J. Daniels. Aussitôt, fou de colère, C.C. le met à la porte. Et escorté par des policiers, T.J. quitte le bal, sous le regard terrorisé de Kelly, qui se blotti contre le torse de son père. Depuis la mort de son Joe, ce sont les seuls bras dans lesquels elle se sent en parfaite sécurité.

En quittant le Country-club, T.J. interrompt la danse entre Lydia Saunders et le commandant Phillip Hamilton. Lydia s'interroge : se pourrait-il qu'elle se soit trompée dans sa théorie ? Et si Cain Garver n'était pas le violeur ? Durant une fraction de seconde, elle sent comme un voile qui viendrait troubler son jugement. Mais, un regard lancé sur Cain la rassure. Cela ne peut être que lui. D'ailleurs, Lydia pense bientôt en avoir la preuve : Cain vient de remarquer l'arrivée d'Eden et de Cruz, accompagnés d'Andrea Bedford.

Vêtu d'un bandeau sur l'oeil, avec sa barbe grisonnante et son air hargneux qui ne le quitte plus depuis sa rupture avec Andrea, Cain ressemble parfaitement au pirate qu'il incarne ce soir. En voyant Andrea arriver, son sang ne fait qu'un tour. Comment ose-t-elle venir ici, alors qu'elle a refusé son invitation quelques jours plus tôt. Cain sent la colère l'envahir. D'autant plus qu'avec son costume d'Hélène de Troie, elle le nargue effrontément. A ses côtés, Eden et Cruz qui l'accompagnent, paraissent insignifiants. D'ailleurs la quasi-totalité des regards se porte sur elle.

Cain avale d'un trait le verre qu'il sirotait jusqu'alors. De son côté, Andrea remarque tout de suite la présence de Cain. D'ailleurs, elle savait qu'il serait présent et qu'un face-à-face leur serait inévitable. Leurs regards se croisent et se figent l'un sur l'autre. Tout autour d'eux, le monde s'est arrêté. Andrea éprouve une violente gêne : le regard de Cain la transperce, la pénètre, la sonde jusqu'au plus profond de son âme. Elle a peur, mais elle soutient son regard. A l'écart, la journaliste cachée sous les traits de la plus grande star du cinéma ne peut s'empêcher de les observer. Elle est à présent certaine que Cain est l'homme que tout le monde recherche. Son regard, rivé sur lui, est la preuve indéniable de sa certitude et de son assurance. C'est comme si elle lui disait : je te tiens. A moi, tu ne peux cacher la vérité. Je l'ai toujours su. Alors, comme elle l'a promis au lieutenant Boswell, elle se sent décidée, plus que jamais, à jouer les appâts pour le piéger. Elle est certaine qu'il ne pourra rien lui arriver puisqu'elle a su lire correctement dans le jeu du criminel.

A l'hôpital de Santa Barbara, Scott Clark enrage. Arthur Donnelly, qui n'est autre que le père de sa petite amie, l'a mis volontairement de garde ce soir, afin qu'il ne puisse se rendre avec Heather au bal costumé des Capwell. Scott est d'autant plus furieux qu'Arthur s'est arrangé pour que Zack Kelton, son rival professionnel et personnel, puisse y assister. Scott l'imagine en train de danser et de faire la cour à Heather. Ses craintes sont d'autant plus justifiées que sous l'oeil de Jules César (Arthur Donnelly), Heather, déguisée en geisha, et Zack Kelton, en Robin des Bois, semblent passer une agréable soirée.

Tandis que sur son lieu de travail Scott se morfond, Mason Capwell / Sonny Sprockett arrive au bras de Julia Wainwright. Tout de suite, ils rejoignent le coeur de la soirée où les attend C.C. Capwell. Comme à leur habitude, le père et le fils se livrent à leur jeu favori : la joute verbale. Dès son arrivée, Julia félicite C.C. du choix de son déguisement. Alors qu'ils parlent de frivolités, Mason, qui s'est rendu à l'évidence que son costume ne va pas avec celui de sa compagne, tente de cacher sa frustration derrière de l'humour : on lui a livré le costume de Napoléon au lieu de... celui de Mr De Pompadour termine C.C.. C'est à ce moment que Mason remarque, un peu en retrait, un personnage qui correspond mieux à l'époque de Julia : Casanova, qui ce soir a les traits de Michael Donnelly.

C.C. en profite pour expliquer à Julia le but inavoué de ce bal d'Halloween. Julia, bien sûr, est parfaitement au courant. Elle en a longuement parlé avec Cruz Castillo et le lieutenant Boswell. Bien évidemment, Mason s'oppose fermement aux désirs de C.C., à savoir que Julia engage la conversation avec les hommes masqués qu'elle ne reconnaîtrait pas. C.C. veut en effet se saisir de toutes les chances possibles pour arrêter le violeur d'Eden. Julia, qui soutient la jeune femme dans cette terrible épreuve, accepte sans hésitation de jouer le jeu; d'ailleurs elle sait qu'elle ne court aucun danger en raison de la présence nombreuse d'agents des forces de police. Même si C.C. regrette de ne pas avoir engagé suffisamment de jeunes femmes policières, afin de servir d'appâts au violeur à la vidéo.

Sous le regard de la célèbre journaliste Lydia Saunders, la fête suit son cours. Victoria (qui a accepté l'invitation du Dr Donnelly), ce soir, affiche la beauté de la reine Cléopâtre et semble avoir retrouvé le charme et la force qui la caractérisaient en tant qu'actrice de cinéma. Elle semble renaître en ayant retrouvé son élément. Personne ne semble échapper au regard de Lydia. Pas même les éternels amoureux : Roméo et Juliette, si réalistes sous les traits d'Eden et de Cruz Castillo. Eden, qui affiche ici sa grossesse, est nerveuse. Elle sait que, peut-être, l'homme qui l'a violé quelques semaines plus tôt est présent, le visage masqué. Elle sait aussi que, peut-être, il est là tout près d'elle, à l'épier.  D'ailleurs, personne ne le sait, mais il est là, tout près d'elle, à la dévorer du coin de l'oeil. A plusieurs reprises, il la frôle, revivant certainement intérieurement la sensation de pouvoir absolu qu'il a eu sur elle au moment du viol.

De son côté, Cruz, parce qu'il aime sa femme plus que tout et bien qu'il soit contre l'idée même de ce bal masqué, reste aux côtés de celle qu'il l'aime, afin de la protéger. Il n'hésite pas à se montrer plus que prévenant : «Tu sais, chérie, si jamais tu veux partir, n'hésite pas à me le dire et on s'en ira immédiatement». Forte comme tout Capwell, Eden se refuse à céder à la peur : sa place est ici, son rôle est d'être présente afin d'attirer son violeur dans les mailles du filet.

C'est à ce moment que Cain quitte le bar pour rejoindre le centre de la salle. Blessé dans son amour propre et vivifié par l'alcool, Cain s'approche d'eux. Ses yeux restent rivés sur Andrea et sur la beauté qui émane d'elle. Andrea, mal à l'aise avec cette rencontre, ne cherche cependant pas à l'éviter. Elle sait que depuis son refus de vivre avec lui, il faudra bien qu'ils aient une confrontation. Alors ici ou ailleurs, c'est du pareil au même. En plus, elle pense qu'ici, aux côtés d'Eden et de Cruz, il n'y aura pas de violence... Vexé par le comportement d'Andrea, Cain opte pour l'affrontement. En fait il ne sait pas comment réagir autrement (c'est par la violence qu'il a toujours fait face aux situations qu'il ne comprend pas). Cain se laisse alors gagner par sa frustration : après avoir refusé son invitation et affirmé qu'elle ne viendrait pas à ce bal, voilà qu'en fin de compte elle est là, et en plus elle ose se montrer vêtue avec trois fois rien. «Je croyais que tu n'avais pas envie de venir t'amuser à ce bal, ou alors tu ne voulais pas que se soit avec moi.» Andrea, consciente que tout peut arriver et en particulier la fin de leur relation, tente d'apaiser le feu en Cain. A nouveau, elle lui demande de lui accorder un peu de temps pour qu'elle puisse réfléchir. Mais pour Cain, cela ne suffit pas, alors il revient à la charge. Cain reproche à Andrea de penser à s'amuser, en dépit de leurs problèmes de couple. Et surtout, il lui reproche le choix de son déguisement. De tempérament très jaloux, Cain supporte très mal que celle qu'il aime, ou plus précisément sa propriété, puisse se montrer si peu vêtue. Il faut dire qu'Andrea incarne parfaitement l'image de cet idéal de beauté féminine.

Cruz, pressentant la tempête qui se lève, essaye de s'interposer entre eux. Mais Cain, rongé par sa colère, s'emporte contre lui et lui conseille de rester en dehors de leur histoire, car cela ne le regarde pas. Malgré l'intervention de son ami, Cain continue d'agresser verbalement Andrea. Il ne comprend pas son refus et son envie, par provocation, d'être là à se pavaner à moitié nue, en train d'exciter tous les hommes de la soirée. Andrea, craignant un scandale, lui demande d'arrêter. Il devient clair à son regard que Cain vient de dépasser les dernières limites; leur couple vient d'atteindre le point de non-retour. Seul son regard trahit sa colère.

A l'arrière, Lydia entend toute la conversation, comme tous les invités qui se trouvent à proximité d'eux. Lydia se réjouit intérieurement de la tournure des événements. Il n'y a plus aucun doute dans son esprit : Cain est bien le violeur à la vidéo. Elle est tellement concentrée sur le petit groupe situé juste devant elle, que c'est à peine si elle remarque le départ de son cavalier : Darth Vador. Ce dernier se dirige vers Sophia et Kelly. Celles-ci sursautent en voyant s'approcher cet inconnu vêtu de noir des pieds à la tête. Il retire alors son masque et Kelly, tout somme Sophia, est soulagée de voir qu'il ne s'agit que du Commandant Phillip Hamilton. Phillip s'excuse pour la peur occasionnée. Et avant d'aller se rafraîchir, il demande à Sophia de lui accorder une prochaine danse.

Au centre de la soirée, le ton de la discussion entre Cain et Andrea monte encore d'un ton. Cette fois-ci, c'est Andrea qui, excédée par le comportement des plus jaloux de son fiancé, s'emporte; elle n'en peut plus de devoir toujours faire selon sa volonté. Et lorsqu'il critique encore sa façon de s'habiller, insinuant ouvertement qu'elle cherche uniquement à plaire aux hommes, c'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase. Andrea sait que maintenant il est trop tard pour eux, les mots sont allés beaucoup trop loin, et surtout Cain ne voit pas le mal qu'il est en train de faire à leur couple. «Rends-toi compte que tu n'as absolument pas changé. Tu es toujours aussi jaloux, et aussi dominateur. Et tu n'as pas réfléchi une minute à la raison de notre rupture.» Pour Andrea, Cain a dépassé les limites. Elle lui laisse une chance et, ce soir, sous les yeux d'Eden et de Cruz, il vient de la laisser passer. Et malgré l'intervention d'Eden pour calmer les choses, Andrea sait que c'est fini. Ils n'ont plus aucun avenir ensemble. «C'est trop tard, tout est perdu. Ecoute, nous ne revivrons plus jamais ensemble, Cain. Entre nous deux, tout est fini...». Et plutôt que de continuer à se déchirer, Andrea préfère s'enfuir. Intérieurement, elle souffre de sa décision, car si elle a choisi de revenir c'est qu'elle croyait que leur couple avait encore une chance, qu'il leur restait une étincelle d'espoir. La désillusion est terrible. Un noeud lui serre l'estomac. Sa gorge est nouée. Des larmes coulent sur ses joues sans qu'elle puisse les contrôler. Cain lui a fait du mal. Terriblement mal.

Eden essaye vainement de la retenir. Il est trop tard. Cain aussi l'appelle, une touche de désespoir dans la voix; un peu comme s'il venait de comprendre que quelque chose venait de se briser. Décidé à la suivre, il est retenu par Cruz. Celui-ci craint que Cain puisse faire une terrible erreur si jamais il se laisse posséder tout entier par la colère. Inconscient de l'aide que veut lui offrir son ami, Cain le repousse et lui demande qu'il lui fiche la paix. Et très énervé, Cain part du côté opposé d'Andrea. Restés seuls, Eden et Cruz ne savent pas s'ils doivent intervenir ou pas, d'autant qu'ils éprouvent de la peine face à la rupture de leurs amis.

Après son altercation avec son fiancé, Andrea quitte le Country-club, pour aller se promener sur la plage. Elle désire être seule, pour réfléchir quant à son avenir. A t-elle commis une erreur en revenant à Santa Barbara ? S'est-elle trompée en offrant une nouvelle chance à Cain ? Non, les choses sont allées beaucoup trop loin pour qu'elle puisse revenir en arrière...  Tout en laissant ses pensées vagabonder, Andrea erre sur la plage. La nuit est tombée, Andrea devine juste de l'autre côté les lumières colorées de la fête Capwell. Et au loin, on entend doucement, comme un murmure, la musique qui s'échappe du Country-club. Soudain, l'ancien agent de la CIA qu'elle est, ressent comme une présence. «Cain... Cain, c'est toi ?» demande-t-elle. Andrea regarde tout autour d'elle : il n'y a personne. Pourtant son instinct ne la trompe pas. Il y a quelqu'un tout prêt d'elle, quelqu'un qui l'observe. Elle est en certaine.

Au même moment, Kelly Capwell est allée se rafraîchir dans les toilettes. Pour elle, la tension est à son maximum. Elle ne saurait peut-être trop dire pourquoi, mais elle a la certitude que le violeur à la vidéo va agresser quelqu'un ce soir. Pour elle, c'est une évidence. De plus, avec tous ces hommes masqués,  non reconnaissables, comment pourrait-il en être autrement ? Qui plus est, après sa soeur aînée, Kelly craint qu'elle soit la prochaine victime du violeur... Ce ne serait pas, malheureusement, la première fois qu'elle et sa soeur seraient les proies d'un fou... Et alors qu'elle se regarde un instant dans la glace, elle remarque dans les toilettes à gauche la présence de chaussures noires. Elle n'est pas seule comme elle l'aurait cru. Son sang ne fait qu'un tour. Le pantalon est noir. Les chaussures sont noires. Et en les observant scrupuleusement, il s'agit de chaussures d'homme. Kelly panique. Elle sent la peur s'insinuer en elle. Le violeur est là, tout près d'elle, incognito, dans les toilettes pour dames, prêt à bondir sur sa nouvelle proie...

Sur la plage, Andrea continue de marcher, au hasard, l'esprit tourné vers le passé. Elle songe à Cain, à leur aventure, à la chance qu'ils n'ont pas su saisir. Tout en marchant, elle se rend compte de l'évidence. Elle a fait une erreur en revenant en ville, sa place n'est plus à Santa Barbara auprès de Cain. Il est temps pour elle de passer à autre chose. C'est alors qu'elle se retrouve nez à nez avec un homme entièrement vêtu de noir. Jusque là, Andrea n'avait pas vu sa présence. L'homme cagoulé s'approche d'elle. Il tient un bandeau dans les mains. Une fraction de seconde est suffisante pour qu'Andrea comprenne. Ce n'est pas Cain... Un masque d'horreur se grave sur son visage. Elle laisse tomber le masque doré qu'elle tenait encore à la main, tout en essayant de reculer d'un pas. «Non... Non... Non...».  Couvert pas la musique en provenance du coeur de la fête, personne ne peut entendre son appel au secours.

Alors que la fête bat son plein, personne n'a remarqué la disparition d'Andrea. Tous les invités se laissent lentement gagner par le plaisir du bal, se laissent griser par les danses, se laissent bercer par la musique. De leur côté, Cruz et Eden, même s'ils pensent à la rupture entre leurs amis, ont beaucoup à faire ce soir. Depuis le viol, c'est leur première sortie ensemble. De plus, Cruz doit veiller à la sécurité de tous, mais surtout il essaye de faire en sorte qu'Eden ne focalise pas sur la possible arrestation du violeur...

De son côté, C.C. garde un oeil sur ses protégés. Il sait qu'Eden auprès de son mari ne risque rien (il donnerait sa vie pour elle). Malheureusement, pour Kelly, depuis sa séparation d'avec Jeffrey, il n'y a plus personne pour veiller sur elle. Alors il est obligé de redevenir le père ultra protecteur qu'il n'a jamais cessé d'être en réalité. De tous ses enfants, Kelly est la plus fragile, celle qui aura toujours besoin de lui. Tout en surveillant le bon déroulement de la soirée, C.C. rejoint Sophia, sa tendre et bien aimée Sophia, inquiet de ne pas voir Kelly à ses côtés. Avec une crainte mal dissimulée, C.C. fait peur à Sophia. Celle-ci lui confirme que Kelly était encore là, il y a une minute, en compagnie du commandant Hamilton. C.C. se veut rassurant devant Sophia : «Ne t'inquiète pas, elle est probablement en train de danser», même si son regard qui la recherche sur la piste prouve tout le contraire.

Justement, dans les toilettes du Country-club, Kelly est confrontée à ses pires démons : elle est dans la même pièce que le violeur. L'histoire se répète : après Peter, voici... Kelly s'accroche au rebord du lavabo, espérant trouver la force nécessaire pour s'enfuir. Au travers de la glace, face à elle, elle ne quitte pas des yeux la porte des toilettes, derrière laquelle se cache le violeur. Soudain la porte s'ouvre, et un Dracula excessivement fier en sort. Kelly se retourne, scrutant du regard le visage qui se cache derrière son masque noir. Leurs regards se croisent. Kelly est terrorisée, mais elle trouve en elle la force et le courage nécessaires pour partir. Face à elle, Dracula ne semble pas comprendre ce qui est en train de se passer. Tout en arrangeant sa cape et son noeud papillon, Dracula se demande les raisons d'une telle précipitation chez Kelly. Mais, fier comme un dieu, Dracula relève la tête et décide de retourner s'amuser.

Sur la plage, le bruit des vagues parvient difficilement à couvrir la musique du bal. A l'écart, au milieu de la nuit, un homme, entièrement noir, allonge le corps d'Andrea sur le sable. Sous les pâles reflets de la nuit, son costume immaculé laisse nettement ressortir les taches de sang. Le bras au-dessus de la tête, Andrea ne bouge pas. Aucun souffle ne l'agite. Le visage levé vers le ciel, les yeux grands ouverts, Andrea semble implorer les dieux de lui porter secours. Mais il est trop tard... Devant elle, l'homme la regarde une dernière fois. Il contemple son oeuvre, car c'est bien de cela qu'il s'agit. Andrea n'est pas sa victime, mais un élément de sa quête du plaisir... Conscient qu'il vient de quitter son état de transe, il préfère partir car, à présent, il ne lui reste que les souvenirs de cet unique moment...

Au même moment où un individu masqué allonge le corps sans vie d'Andrea, Kelly surgit des toilettes en courrant : «Cruz... Cruz...». Sans reprendre son souffle, elle continue : «Cruz, il est dans les toilettes.» Cruz se précipite dans les toilettes, alors que le clan Capwell se constitue autour de la frêle Kelly. C'est d'abord Eden qui la soutient, puis Sophia qui la réconforte. Et enfin, c'est C.C. qui arrive, pour se battre s'il le faut pour elle. C'est lui qui, à présent, s'occupe de tout. Et tandis qu'un policier vient mettre à l'écart Kelly et Sophia, C.C. se tourne vers sa fille aînée, vers Eden, celle qui porte en elle tous les gênes Capwell. Car malgré ses peurs, ses doutes, ses interrogations (et sa grossesse), Eden ne faiblit pas. Elle prend une profonde inspiration pour se donner du courage et elle est là, prête à se défendre, et surtout à faire face à l'identité de son violeur. Même s'il lui faut revivre les terribles moments du viol, elle est prête à le subir pour se confronter face à l'homme qui tué une partie de la femme qui est en elle.

C.C. s'approche de sa fille chérie. Dans ses yeux, il lit de la peur, de la peur et aussi du courage. Beaucoup de courage. Il l'empoigne fermement, afin de lui transmettre tout son soutien et toute sa force. C.C. sait qu'aux yeux de ses enfants, il est un roc inébranlable, capable de résister à toutes les tempêtes. C'est cette force qu'il veut lui transmettre. Les yeux dans les yeux, C.C. fait une promesse à sa fille : «Du calme ma chérie. Du calme. On va l'avoir. On va l'avoir, ce soir. Fais-moi confiance.» Et Eden ne faiblit pas, c'est à peine si une légère pâleur trahit son émoi. Il faut qu'elle soit forte, pour elle, pour toutes les femmes, et surtout pour l'enfant qu'elle porte.

Accompagné du lieutenant Boswell et d'un autre policier, Cruz fait irruption dans les toilettes pour femmes. A l'exception de Cruz, les autres policiers ont sorti leur arme. Avec violence, Cruz empoigne Dracula qui se regardait une dernière fois dans la glace. Celui-ci ne semble toujours pas comprendre ce qui est en train de se passer. Les cris de Cruz résonnent dans la petite pièce : «On ne bouge plus. Les mains en l'air.» Alors que Dracula essaye de se débattre, Cruz le fouille sous son déguisement. C'est alors qu'en dépit des interdictions de Cruz, Dracula commence à parler : «Cruz, mais c'est moi Gina...» En une seconde, l'adrénaline de Cruz s'effondre. Ce n'est pas le violeur, mais Gina. Il n'y a plus de doutes possibles, c'est bien Gina qui se cachait sous ce sinistre déguisement. Face aux questions de Cruz, Gina explique qu'elle est là tout simplement parce qu'il s'agit des toilettes des femmes. Etant une femme, il est donc logique qu'elle soit là, non ! Et, en remarquant la tenue de Cruz, et plus particulièrement ses collants blancs, Gina ne peut s'empêche de faire de l'humour : «Remarquez, vu le costume que vous portez, il est normal que vous veniez là, aussi...» Excédé, Cruz empoigne violemment Gina par le bras, la fait sortir des toilettes et la met à la porte de la soirée, soirée à laquelle elle n'était pas invitée.

La découverte de Gina, le pire rapace qu'a jamais connu la famille Capwell, n'a pas fait baisser la tension qui oppresse tous les Capwell. Kelly se sent un peu stupide d'avoir crié au loup sans la moindre véritable raison. Eden est à la fois déçue et à la fois contente qu'on n'ait pas pu identifier son violeur. Au fond d'elle, c'est un peu un soulagement. Elle espère simplement qu'il ne fera plus d'autres victimes.

Malgré l'intrusion de Gina, la fête poursuit son cours. La plupart des invités danse, s'amuse de ses costumes, et prend un réel plaisir à essayer de démasquer qui se cache derrière tel ou tel masque. D'ailleurs, c'est à peine si les invités se sont rendus compte de la présence de Gina, et même de son éviction par les hommes de Capwell. Il faut dire que nombreux sont les invités qui sont rentrés et sortis tout au long de la soirée. Il y a eu entre autre Andrea, qui est allée se promener sur la plage. Il y a eu Cain, qui est allé se vider l'esprit en se promenant autour des bâtiments du Country-club. Puis il y a eu Zack Kelton, qui a quitté son costume de Robin des Bois, abandonnant Heather pour retourner à l'hôpital, car il a reçu un appel des urgences. A l'inverse, on a pu constater l'arrivée d'un samouraï qui est venu rejoindre Heather justement, qui n'est autre que Scott Clark, qui a réussi à se faire remplacer au dernier moment par un collègue. Les hommes postés à l'entrée n'ont donc pas pu noter les différentes allées et venues des uns et des autres.

C'est pourquoi, sous les traits d'un extraterrestre, Gina a pu facilement, sans le moindre contrôle, rentrer à nouveau dans le Country-club et se faufiler parmi les invités. Dès son retour parmi les invités, Gina rejoint Mason. Les deux anciens amants / amis se trouvent : les deux font la paire... Mason s'interroge sur la capacité de Gina qui, telle un chat, est toujours retombée sur ses pieds. Pourtant, il ne devrait pas être très étonné : avec C.C. Capwell, elle a toujours un plan B. Puis très vite, comme à son habitude, Gina se met à critiquer. D'abord Sophia, pour elle le costume de Lady Washington ne lui va pas. Elle la verrait mieux en Lady MacBeth. Puis viennent Eden et Cruz, chez qui elle ne comprend pas le profond amour qui les unit, et surtout qu'elle jalouse, car elle n'a pas la chance de ressentir un tel bonheur : «Quant à Eden et Cruz, ils ont le culot de se prendre pour l'énième fois pour Roméo et Juliette. On croit rêver...» Ensuite, elle complimente Mason sur son costume, elle le trouve très mignon en Napoléon. Seulement, Mason n'est pas complètement de cet avis. Car il s'est vite rendu compte qu'historiquement parlant Napoléon n'a rien à voir avec Mme De Pompadour. Et ce décalage historique, Mason le ressent émotionnellement lorsqu'il est auprès de celle qu'il aime : tout comme leurs personnages respectifs, leurs chemins ce soir ne se croisent pas... Mason regrette ce soir d'avoir fait confiance à Gina pour le choix de son déguisement. Et comme il le précise, s'il avait été seul à choisir, il serait venu en Davy Crockett. Sonny Sprockett en Davy Crockett...

Parallèlement, la fête continue. Seul Cruz commence à s'inquiéter de la longue absence d'Andrea. Il s'en est ouvert à C.C. et à Boswell. Très discrètement, les recherches ont commencé. Et Cruz, ne voyant toujours pas revenir Andrea, va se renseigner auprès du maître de cérémonie. «Rien de nouveau ?». Contrairement à Cruz, C.C. se laisse difficilement gagner par l'inquiétude. Fort comme un roc, il a l'habitude de faire face à des situations de crise. Des enquêteurs obéissant à ses ordres ont fait le tour du Country-club : Andrea n'a été vue nulle part, ni près de la piscine, ni près des tennis. Cruz, quant à lui, est allé sur le parking,  pour vérifier qu'elle n'avait pas quitté la fête en voiture. Ensuite, il a joint son hôtel : Andrea n'est pas encore rentrée. Cruz ne cesse de se poser une terrible question : «Où est-elle ?». Il commence à craindre le pire. D'autant qu'il sait que ce n'est pas le grand nombre de policiers qui errent autour du Country-club qui pourrait empêcher un drame de se passer. Cruz commence à accuser C.C. et Boswell d'avoir monté un plan et de s'être laissés dépasser par les événements. D'ailleurs, les faits vont dans le sens de Cruz : les policiers ont laissé une femme, qui est le prototype même de la parfaite victime, sortir de cette pièce, toute seule... Pour sa défense, C.C. rappelle à Cruz qu'il lui a dit lui-même qu'elle ne risquait rien, en raison de son passé d'agent secret. C.C. termine en concluant la discussion en affirmant qu'elle va sûrement bien. Mais les dernières paroles de Cruz démontrent clairement qu'il est loin de le croire et que, en cas de drame, il en tiendra C.C. pour personnellement responsable : «Aussi bien que pour elle, que pour vous donner bonne conscience, monsieur, j'espère que vous avez raison...» Et lorsque Cruz s'éloigne, le regard si clair de C.C. se laisse obscurcir par la peur et par les regrets...

Désireux de se retrouver seuls, Scott propose à Heather de terminer la soirée chez lui. Heather accepte la proposition de son petit ami. Ils gagnent donc le domicile de Scott, où ce dernier à préparé une surprise pour elle : tout son appartement a été décoré en style chinois, en accord avec leurs costumes. Là, ils se laissent pleinement aller l'un avec l'autre et font l'amour.

Au Country-club, les recherches pour retrouver Andrea s'accélèrent. Cruz et le lieutenant Boswell décident d'aller faire une ronde sur la plage. A peine ont-ils fait plusieurs mètres qu'ils tombent sur le Commandant Phillip Hamilton, tenant un couteau à la main, juste à côté du corps d'Andrea. Phillip, sur-le-champ, leur assure qu'il n'a rien fait. Il vient juste d'arriver sur les lieux du crime, et il vient à l'instant d'enlever le couteau de la victime. Cruz s'approche de la victime :  il s'agit bien du corps de son amie Andrea Bedford. Ses craintes étaient justifiées. Au premier regard, Cruz comprend qu'elle a été violée. Nul doute qu'elle ait été violée et tuée par le violeur à la vidéo. Ils se sont fait prendre à leur propre piège et le prix à payer de leur erreur est là, allongée sur le sable. Andrea est morte à cause d'eux... Cruz ne peut s'empêcher de penser qu'ils n'ont pas été assez prudents et que ce terrible drame aurait pu être évité. 

Accompagné du lieutenant Boswell, Cruz gagne le coeur du Country-club, où ils annoncent à tous la mort d'Andrea, ainsi que la fin de la soirée. Ensuite, Cruz et Boswell amènent Cain Garver et Phillip Hamilton au commissariat pour un interrogatoire. Phillip explique aux policiers que ce n'est pas lui qui a poignardé Andrea. Il a juste retiré le couteau. Selon lui, le coupable n'est autre que Cain. Cain... Cain qui l'a frappé à plusieurs reprises. Cain qui ce soir était fou de colère parce qu'elle est venue à la fête. Cain qui ce soir était jaloux de voir sa fiancée paraître en tenue si légère... De son côté, Cain n'a aucun alibi pour prouver qu'il n'est pas le meurtrier d'Andrea. Il a beau hurler qu'il n'aurait jamais pu lui faire le moindre mal, le lieutenant Boswell reste sceptique. A plusieurs reprises n'a-t-il pas déjà levé la main sur elle ? Tout comme il vient de le faire sur lui, alors qu'il le poussait à bout lors de l'interrogatoire.

Après la soirée, C.C. se sent envahir par les remords : il se sent responsable de la mort d'Andrea. Après tout, c'est lui qui a eu l'idée de la soirée et surtout de s'en servir pour piéger le violeur... Aujourd'hui, le violeur court toujours, il n'a pu honorer la promesse qu'il avait faite à Eden, et puis, il vient de faire une nouvelle victime... Heureusement, sa douce Sophia se tient à ses côtés, et elle lui offre une solide épaule pour le réconforter. Comme à son habitude, le clan Capwell se resserre en cas de catastrophe.

A la fin de son interrogatoire, Cain demande à Cruz la possibilité de s'occuper des obsèques d'Andrea, étant donné qu'elle n'a plus de famille. Cruz accepte. En se recueillant sur sa tombe, Cain repense à Andrea, à cette femme qui lui a donné envie de se battre et de chasser ses nombreux démons qui le hantent depuis le Vietnam, et peut-être aussi de fonder une famille. Il se souvient de leur première rencontre, de leur traque alors qu'il la soupçonnait d'être le Renard. Puis, il se laisse envahir par l'émotion, se rappelant comme petit à petit ils sont devenus intimes : il sent tout le vide qu'Andrea a laissé dans son coeur...

En une seule année, le personnage d'Andrea Bedford aura quasiment tout connu et tout traversé : mystère et aventure à son arrivée, amour et jalousie par la suite. Malheureusement, au fil du temps, son personnage devint de plus en plus lisse, au contact d'Eden et de Cruz. Face au couple le plus célèbre de la ville, son personnage et le couple qu'elle formait avec Cain ne pouvaient rester très longtemps sur le devant de la scène. Après ses affrontements avec Ming Li et le Commandant Phillip Hamilton, Andrea ne pouvait plus affronter d'autres dangers, d'autant que toute intrusion de son passé (elle n'a plus de famille et pas d'amis) était impossible. Dès lors, Andrea Bedford ne pouvait que mourir ou quitter la ville... En croisant le chemin du violeur à la vidéo, il ne pouvait alors en être autrement...

Curieusement, comme le souligne C.C. à Cruz, Andrea, en raison de son passé d'agent secret, ne risquait pas grand-chose. Et pourtant c'est de façon simpliste que les scénaristes ont décidé de mettre un terme à l'existence d'Andrea Bedford. Un peu comme s'ils étaient à la fois à court de victimes potentielles, et à la fois à court d'idées pour faire disparaître Andrea...

Texte écrit pour ce site par Lilian