Le meilleur et le pire de 1988

 Par Ellen Howard, Soap Opera Digest, 1989

 Accueil   This page in English  

Une autre année vient de s'achever et, comme d'habitude, il y a eu un tourbillon d'activité dans les soaps. Quelle a été la meilleure série de 1988 ? Et que dire du pire triangle amoureux et de la plus inutile des intrigues ? 1988 a vu tout cela, des histoires d'amour torturées à des voyages dans le temps. Voici venir un retour en arrière sur le pire et le meilleur de l'année passée.

 

Couple le plus divertissant : Keith et Gina Timmons

Gina et Keith n'ont jamais été esclaves des conventions, ni du bon goût. Pas invités à une fête ? Ils s'y rendent malgré tout, pour en profiter et la gâcher. On s'ennuie à la maison ? Gina et Keith se déguisent en cowboy et en Indien et se poursuivent l'un l'autre, poussant des cris à travers le salon. A court d'argent ? Les avides Timmons s'arrangent pour que Gina participant à La Roue de la Fortune, où Keith attaque Vanna White. Ensuite ils kidnappent Mason, devenu amnésique, dans le but de ramasser l'argent de la récompense. Tout ce qu'ils tentent se retourne contre eux, bien sûr, mais jamais par manque d'imagination. Leur vulgarité ne connait aucune frontière; rien n'est assez bas pour eux. Ce fut un triste jour lorsque la perspective d'une sévère condamnation à la prison a forcé Keith à quitter la ville. Les scandaleux Keith et Gina, rois des singeries hors du commun, ont été écrits avec un tel esprit et si superbement interprétés qu'ils ont pu tout se permettre... et parfois à deux doigts des extrêmes.

 

Meilleure histoire d'amour : Cruz et Eden Castillo

Tempête et passion sont les marques de fabrique de la relation de Cruz et Eden. Heureusement, la tragédie est entrecoupée de bonnes doses d'amour, ainsi l'équilibre est respecté. On doit se souvenir de 1988 comme de l'année où ces amants maintes fois séparés ont fini par se passer la corde au cou. Le mariage, filmé dans la pittoresque ville de Carmel en Californie, fut spectaculaire, romantique et une juste récompense pour tout ce qu'ils ont enduré au cours des quatre dernières années.

La meilleure chose au sujet de Cruz et Eden est qu'on croit en eux. Peu importe combien leur situation est mélodramatique ou excentrique (vous vous souvenez quand un émetteur a été implanté dans le cerveau de Cruz pour suivre sa localisation?). A Martinez et Marcy Walker font que chez leurs personnages l‘amour, la peur, le désespoir et la joie apparaissent comme réels et vivants.

 

Meilleur dédoublement de personnalité : Mason Capwell / Sonny Sprockett

Les téléspectateurs regardent le susceptible, le sardonique, le blasé du monde Mason Capwell trouver à redire sur la vie depuis le début de Santa Barbara, et l'acteur Lane Davies a toujours effectué des performances crédibles. Tellement crédibles qu'on peut se demander : «Est-il en train de jouer, ou est-il Lane ?» Jusqu'à l'été dernier. Mason a ressuscité de de la mort sous les traits d'un amnésique qui présente une autre personnalité. Il était Sonny Sprockett, un buveur, un joueur, un séducteur, un bon garçon... l'antithèse de Mason. Dans un effort pour récupérer l'argent de la récompense, Gina a dû enseigner à Sonny à être Mason et leurs scènes furent à mourir de rire. Sonny a regardé une cassette-vidéo de Mason et marmonne que ce gars a «un problème d'attitude». Ensuite, Gina a familiarisé Sonny avec les proches de Mason. Cela s'est déroulé un peu comme cela :
Gina : «C'est votre mère, Pamela.»
Sonny : «Où est-elle ?»
Gina : «En prison pour avoir essayé de tuer votre soeur. Maintenant, c'est votre frère, Jeffrey. Il est marié avec votre soeur, Kelly.»
Sonny : «Mon frère est marié avec ma soeur ?»
L'intrigue a été un tour de force pour Lane Davies. Robin Mattson, dans le rôle de Gina, n'a jamais été meilleure. Si vous vous demandez encore : «Est-ce que Lane ressemble à Mason ?», nous vous conseillons de le lui demander.

 

Meilleure intrigue : le viol d'Eden

Les femmes victimes de viol courent les rues dans les soaps. Parfois, cependant, une intrigue qui débute agrippe les téléspectateurs parce qu'elle est très convaincante. Cela a été le cas avec l'histoire du viol d'Eden Castillo dans Santa Barbara, et c'est pourquoi nous pensons que c'est la meilleure intrigue au cours de 1988.

Eden a souffert d'une attaque brutale qui a démontré que le fait d'être violé est un acte de violence. Le réalisme des scènes a été déconcertant. Mais Santa Barbara ne s'est pas arrêté là. La suite a été soigneusement écrite pour montrer ce que doit endurer une victime de viol. Les examens médicaux, les questions intimes, l'intrusion dans la vie privée pour une personne qui a déjà été violée, ça a été un douloureux voyage étape par étape pour la victime comme pour le spectateur.

A partir de cet instant, ça a été à Eden d'essayer de surmonter le traumatisme et de découvrir si la vie pourrait redevenir à nouveau "normale". Même avec le soutien d'un mari dévoué, cela a été une lutte. Regarder Cruz et Eden rassembler les morceaux de leurs vies et aller de l'avant a été poignant sans jamais être larmoyant.

 

Meilleure série quotidienne : Santa Barbara

En 1988, Santa Barbara a reçu l'Emmy de la meilleure série et nous comprenons pourquoi. Son mélange d'histoires - dont la plupart sont à la limite de dépasser les bornes - et son empressement à prendre des risques ont fait de ce soap vieux de quatre ans un grand plaisir à regarder. La force de la série réside dans son excellent groupe d'acteurs, dans son rythme rapide et dans son humour acerbe. Ce dernier, plus que toute autre chose, est devenu la signature de Santa Barbara. Des scènes comme celles où Sonny et C.C. s'enivrent dans la cave des Capwell; l'apparition de Gina dans La Roue de la Fortune; Gina se faisant expulser d'un canon dans un cirque; Keith fantasmant sur ce que pourrait être la vie marié à un "canasson" comme Gina, et le rêve de Sonny sur son mariage avec Julia - qui s'achève avec le Père Michael en sosie d'Elvis - nous font mourir de rire.

Santa Barbara est aussi adepte d'élever la conscience des téléspectateurs, ce qu'ils prouvent avec l'histoire du viol d'Eden - en le présentant comme un acte de violence, et allant même jusqu'à souligner la responsabilité des autres soaps (Alliances et Trahisons / Hôpital Central en particulier) pour leur gestion passée du sujet. Une mention particulière doit être faite à A Martinez (Cruz) et Marcy Walker (Eden), qui ont été simplement brillants en faisant preuve d'une grande gamme d'émotions - de leurs tourments à surmonter le viol d'Eden, à leur joie à la perspective de devenir parents, à leur anxiété au sujet de l'identité du père de leur bébé. Un autre point culminant de l'année  inclue Cruz découvrant qu'il est le père biologique de Chip; l'addiction de Tori à la drogue; et l'hilarant mariage de Gina et Keith dans lequel tous les Capwell acceptent d'y assister à contrecoeur (on pouvait voir C.C. avoir un mouvement de recul lorsqu'il a été obligé de donner à la mariée un baiser de félicitations sur la joue). Et, bien sûr, qui pourrait oublier le romantique mariage tant attendu entre Cruz and Eden ?

Dit simplement, Santa Barbara ne souscrit pas au mélodrame "typique" des soaps. Il essaie d'être différent et il y parvient. Peu de séries peuvent offrir aux téléspectateurs un personnage de travesti du nom de Bunny et un violeur en série qui se confesse, et parviennent à s'en tirer.