Santa Barbara provoque un coup d'Etat !

 Par Joan Mac Trevor, Ciné Télé Revue, 1990

 Accueil   This page in English  

Peut-on imaginer Santa Barbara sans Mason ? Ce personnage était si riche en couleurs, envoûtant et parfois malfaisant, raffiné et passionné, arrogant et touchant, à l'occasion... Son interprète, Lane Davies, a décidé cette année qu'il ne reprendrait pas le tournage du feuilleton à la rentrée. Il entame un tour du monde, veut remonter sur les planches et se remettre à la musique. Mais qui pourra succéder à Lane Davies, l'une des superstars de Santa Barbara, et l'une des idoles des téléspectateurs? Pour faire accepter son remplacement les producteurs ont frappé fort : ils viennent de débaucher l'une des stars des Feux de l'Amour, un feuilleton rival. Un véritable coup d'Etat pour la télé américaine !

Finalement, en septembre, les téléspectateurs américains retrouveront Mason dans Santa Barbara, un nouveau Mason, sous les traits de Terry Lester. L'Europe découvre à peine ce grand blond charmeur et distingué dans Les Feux de l'Amour, le nouveau soap-opera de TF1. Aux Etats-Unis, il y tient (ou plutôt, tenait) le rôle de Jack Abbott depuis neuf ans et sa popularité est énorme. Parmi les milliers d'acteurs américains dont le physique correspondait au personnage de Mason, Terry Lester est le seul qu'aient jamais envisagé les producteurs de Santa Barbara. Si quelqu'un peut tenter de remplacer Lane Davies, c'est lui et personne d'autre. Cela semble aussi l'avis de Lane Davies lui-même. «Le hasard est parfois ironique», sourit Terry Lester. «Lane est en Europe pour l'instant, et je ne connais pas son avis sur la question. Mais, ici un mois ou deux, il jouait L' Homme de la Mancha à Los Angeles et j'ai eu de ses nouvelles par un ami commun. Il avait besoin d'un peu de repos et me faisait demander si je pouvais éventuellement le remplacer sur scène ! C'était juste au moment où l'on commençait à parler de mon entrée dans Santa Barbara. Amusant !»

Il n'était pourtant pas évident que Terry Lester accepte les propositions de Santa Barbara. En Amérique, le feuilleton est loin pour l'instant de recueillir des audiences comparables à celles qui font son succès en Europe. L'acteur devait donc quitter Les Feux de l'Amour pour un autre soap-opera actuellement moins populaire. Pourquoi l'a-t-il fait ? A cause d'une affaire très pimentée ! Aux Etats-Unis, un personnage des Feux de l'Amour ne cesse en effet de prendre de l'importance : celui joué par la fille du producteur (Lauralee Bell, NRDL). Dégoûté par de telles manoeuvres, Terry Lester a choisi de claquer la porte et de passer à l'ennemi. «Mais j'ai toujours pensé à propos de Mason que c'était le plus grand rôle de tous les feuilletons quotidiens. Et il me convient mieux que celui de Jack Abbott. Il est probablement plus proche de moi. Je suis comme lui amateur de musique et ma vie privée a été également mouvementée (rire).»

Terry Lester partage bien des points communs avec Mason Capwell, ou Lane Davies : bourré de talents divers, d'une grande culture, il possède beaucoup d'humour et est imprévisible. Enfant, il savait lire à trois ans, jouer du piano à cinq. Son père rêvait d'en faire un nouveau Mozart. A l'Université, en Indiana, dans les années 60, il a milité dans la politique aux côtés de l'actuel gouverneur de l'Etat. Quand il s'est engagé pour le Viêt-nam, son don pour les langues l'a fait envoyer à Washington. J'étais très jeune encore, un enfant pratiquement. «J'étais chargé d'apprendre le russe à des soldats. C'est là que j'ai tenu mon premier rôle dans un film, 747 en Péril (avec Charlton Heston), qui se tournait à Washington. La même semaine où le film sortait en salle, j'étais démobilisé. Comme j'avais envie de n'importe quoi sauf de retourner dans mon Indiana natal, j'avais un prétexte pour venir à Hollywood. Et j'y suis resté.» Aujourd'hui, Terry Lester a 38 ans. Il n'est pas devenu le petit Mozart dont rêvait son père, mais il joue toujours du piano, compose et a même chanté sur scène, comme soliste, avec le Glendale Symphony Orchestra. Le séducteur blond est célibataire mais, depuis plusieurs années, la femme de ses rêves se nomme Linda Harrison. «C'est une très bonne scénariste de comédies !»