Santa Barbara

 Worlds Without End : The Art and History of the Soap Opera, 1997

 Accueil   This page in English  

Seulement deuxième daytime soap-opera de format d'une heure (le premier était Texas en 1980), Santa Barbara était un produit du monde post-Hôpital Central. Ici, les fantaisies romantiques des jeunes téléspectatrices ont remplacé les intérêts domestiques des femmes au foyer comme sujet pour les scénarios. Les séries ont abandonné leur "guide de bonne conduite" en faveur d'une attitude plus moderne. Bridget et Jerome Dobson, la fille et le gendre de Frank et Doris Hursley, créateurs de Hôpital Central, avaient avec succès remis au goût du jour les vénérables soaps Les Vertiges de la Passion / Haine et Passions et As the World Turns quand NBC les a embauchés pour créer leur propre série. Le résultat, qui a débuté le 30 juillet 1984, était un feuilleton de structure classique avec une âme perverse. Il a été également l'un des feuilletons télévisés les plus irrévérencieux, les plus remplis d'humour, provocants, et intelligemment écrits jamais produits.

Bien que la série était censée raconter l'histoire de quatre familles - les Lockridge, les Capwell, les Perkins, et les Andrade - Santa Barbara, dès le commencement, s'est concentré principalement sur les riches, et extrêmement dysfonctionnels, Capwell. Le plus troublé d'entre tous était le fils aîné Mason. Résigné à l'idée qu'il n'obtiendrait jamais l'approbation de son père qu'il a désespérément désirée, l'avocat citeur de Shakespeare a noyé sa douleur dans l'alcool, a cherché la rédemption dans les bras de l'ancienne nonne Mary Duvall, et a par la suite trouvé le vrai amour avec Julia Wainwright, une amie avocate dont les démons ont reflété les siens. La mélancolie persistante de ses aventures ont été contrebalancées par le couple plus traditionnel à la Roméo et Juliette de l'éternelle victime Eden Capwell et de l'inspecteur hispanique Cruz Castillo. La romance de leur relation, avec promenades à cheval le long de l'océan, demande en mariage au champagne, et un mariage extravagant - entièrement tourné en extérieur - a aidé à définir l'image somptueuse de la série.

Les scénarii de Santa Barbara ont fait partie des mieux écrits de tous les soap-operas depuis l'apogée de Ryan's Hope. Les dialogues étaient alternativement pointus et acérés, poétiques et philosophiques, émouvants et déchirants. Les situations étaient inventives. Des personnages ont fait l'amour dans des ambulances, joué les contrebandiers dans tout le pays dans des cercueils, et ont été tués par des chutes d'enseignes. Une série de farces, de satires, et d'allégories ont apporté une nouvelle manière d'explorer les sentiments intérieurs des personnages, comme dans les visites annuelles à Noël de Kris (également connu sous le nom de Père Noël) ou le voyage de Greg Richardson dans la "Capwell Zone" où il a appris à se faire à sa paternité nouvellement découverte et à la famille extra-terrestre dont il faisait à présent partie. Parfois, peut-être en raison du manque de direction morale de la série, l'outrage a connu des ratés. Un exemple typique a été la révélation que le docteur qui avait examiné Eden après son agression sexuelle était son violeur. Mais à d'autres reprises, il a parfaitement capturé les nuances et les imperfections de la condition humaine, comme la pression que la réapparition de l'ex-amant Robert Barr a posé sur la relation entre Eden et Cruz. Avec tout ça, Santa Barbara a gagné une réputation bien méritée comme série prête à prendre tous les risques, à essayer n'importe quelle idée.

Malheureusement, le scénario n'a jamais réussi à atteindre l'esprit et la sagesse des dialogues. Tandis que beaucoup de critiques adoraient le soap, et qu'il développait un culte puissant, Santa Barbara n'est jamais parvenu à créer un impact sur la plus large et la plus traditionnelle audience des soap-operas. Pour cela, la série aurait dû sacrifier plusieurs des éléments qui l'ont rendue unique. Au lieu de cela, son épisode final a été diffusé le 15 janvier 1993.

Sur Santa Barbara
«J'écrivais pour Santa Barbara et réalisais Another World en 1989-1990, ce qui était plutôt amusant parce qu'ils étaient l'un à la suite de l'autre sur NBC. Santa Barbara n'était pas vraiment un feuilleton, et c'est la raison pour laquelle il n'est plus à l'antenne. C'était juste une série folle, amusante, sauvage sur laquelle nous avons fait beaucoup de choses folles. C'était plutôt une série à épisodes. Nous avons gagné la récompense de la meilleure série trois années de suite, et l'année suivante elle était annulée. Tout le monde a dit : "Comment cela peut-il arriver ?" Nous avons toujours eu ces grands épisodes à soumettre pour les Emmys et la série était si bizarre; tout le monde dans le business l'aimait. Mais le public n'était pas contraint de la regarder jour après jour, comme Bill (Bell) ou Agnes (Nixon) vous y contraignent. Nous prenions une période de deux semaines, racontions une histoire, la laissions tomber, et passions à autre chose. Les gens étaient là et pas là et la série n'avait aucune histoire pour que le public s'y investisse.»

Gary Tomlin, réalisateur,
On ne Vit qu'une Fois

Copyright The Museum of Television & Radio