Les trois bougies du succès !

 Par Joan Mac Trevor, Ciné Télé Revue, 1987

 Accueil   This page in English  

C'était la fête, le 29 juillet, sur le plateau de Santa Barbara : on célébrait le troisième anniversaire du fameux feuilleton qui passionne désormais autant l'Europe que l'Amérique. Lancé en juillet 1984, ce feuilleton quotidien, baptisé familièrement "soap" en Amérique, fut le premier à adopter la durée d'une heure quotidienne (chez nous, on le diffuse à raison d'une demi-heure seulement par jour). Tous les feuilletons quotidiens ne duraient, jusque-là, qu'une demi-heure.

Produit par Bridget Dobson, une spécialiste du genre, Santa Barbara gagnera l'Italie, la Scandinavie et l'Australie dès la rentrée d'automne. Le monde entier va donc se passionner pour les batailles d'intérêts entre les Capwell et les Lockridge et la belle histoire d'amour qui unit le policier Cruz à la "golden girl" Eden. Gageons que ce troisième anniversaire en précède beaucoup d'autres ! Santa Barbara est la plus grosse réussite de l'histoire de la télévision depuis Dallas.

Eden et Cruz m'ont invitée à l'anniversaire de Santa Barbara

 Par Isabelle Caron, Télé 7 Jours, 1987

 

«Eden me tend une part d'un délicieux gâteau bleu pacifique au chocolat, décoré de vagues de sable en sucre, Cruz, une coupe de champagne californien, mais pourtant, je n'ai pas été engagée pour jouer dans Santa Barbara. Marcy Walker et A Martinez sont simplement comme moi les invités de Bridget et Jerome Dobson, les créateurs-producteurs, pour le troisième anniversaire du feuilleton. Eden a bonne mémoire et il la lui faut pour apprendre chaque jour les quinze pages de son rôle : «Le premier épisode a été diffusé sur la chaîne NBC le 30 juillet 1984, et depuis nous n'avons plus arrêté de tourner. Notre plus belle récompense, c'est le courrier. Nous recevons des kilos de lettres du Canada, d'Angleterre, du Luxembourg, de Turquie, mais les Français sont les plus fidèles, les plus passionnés, autant que les Américains. Hélas, je ne peux répondre à tout le monde.»

Bridget Dobson sourit. L'heureuse productrice de Santa Barbara a engagé une traductrice pour lire et répondre à toutes vos lettres : «Plus de mille par jour, adressées au plateau 11 du Studio NBC de Los Angeles. Sans compter celles que Télé 7 Jours nous transmet. Alors que vos lecteurs prennent patience. Il nous faudrait une douzaine de secrétaires pour les satisfaire, mais nous n'avons pas un budget suffisant. Ou alors, ce serait au détriment des tournages. Richard Eden, autrement dit Brick Wallace, l'un des séducteurs de Santa Barbara, s'approche, et me prend tendrement par le cou : «Je garde précieusement chaque lettre, dit-il, car je suis toujours célibataire et qui sait si je ne vais pas tomber amoureux d'une Française...»

A Martinez n'est pas du même avis : «Malgré tous les articles déjà parus en France, on croit que moi aussi je suis célibataire et je reçois de très sérieuses demandes en mariage. Les prétendantes joignent même leur photo, parfois assez dénudée. Or, je le répète, je suis marié avec Leslie depuis cinq ans et nous sommes heureux avec notre fils, Dakota Lee, qui a dix mois. Mais j'ai l'habitude. Ici à Los Angeles, quand je me promène avec Leslie, on me demande toujours où est Eden. Il est vrai qu'elle est devenue ma meilleure amie.»

Marcy WaIker espère d'ailleurs tourner bientôt le téléfilm qu'a écrit pour elle A Martinez : «Moi aussi, dit-elle, je suis mariée. Billy Warlock est même plus célèbre que moi aux États-Unis. Il a un rôle très important dans un feuilleton, inédit en France, Days of Our Lives (Des Jours et des Vies). Il a 25 ans et moi 29. Nous n'avons pas d'enfants, mais une chatte. Nous habitons une maison au nord d'Hollywood où le dimanche, notre jour de repos, nous recevons nos amis de Santa Barbara. Tous les comédiens, du plus petit au plus grand rôle, sont très liés. Rien à voir avec les rivalités de Dallas. Nous nous amusons, nous nous faisons des blagues, les producteurs et les réalisateurs le comprennent bien. Le rire nous est nécessaire après avoir interprété des scénarios n'évoquant que meurtres, viols, liaisons avec amants ou maîtresses, ou maladies. Il suffit que A Martinez oublie qu'il est Cruz Castillo et se mette à grimacer ou faire des pieds de nez et c'est le fou rire général.»

Une grande absente à l'anniversaire de Santa Barbara : Robin Wright qui joue le rôle de Kelly Capwell. Contrairement à ce qu'ont annoncé certains journalistes, elle abandonne le feuilleton : «J'avais signé un contrat de trois ans. Il s'est donc achevé en juillet et je ne le renouvelle pas, malgré des offres financières très intéressantes. J'ai déjà tourné Princess Bride, un film dont je suis la vedette, qui sort en août aux États-Unis. Et avec mon fiancé, le comédien Dane Witherspoon, qui a quitté Santa Barbara depuis bien longtemps, nous avons des projets de téléfilms.»

De nombreux comédiens s'approchent du gâteau dont le sigle Santa Barbara ne sera bientôt plus que miettes. Beaucoup sont des inconnus pour vous, comme Susan Marie Snyder, ravissante, qui joue le rôle de Laken Lockridge à la place de Julie Ronnie : «Aux États-Unis, explique Bridget Dobson, la productrice, si un comédien quitte un feuilleton même à grand succès parce qu'il se révèle moins bon qu'on le croyait, qu'il a d'autres contrats ou qu'il est immobilisé, nous n'hésitons pas à le remplacer et les téléspectateurs ne protestent pas, même si le visage n'est pas tout à fait le même.»

Que se passerait-il alors si Marcy Walker n'était plus en mesure de jouer le rôle d'Eden alors que, comme la plupart des héros de Santa Barbara, elle vient de signer un nouveau contrat de trois ans ? «Nous serions bien obligés, répond Bridget Dobson, de choisir une autre comédienne, malgré toute l'amitié que nous lui portons. Nous avons ainsi beaucoup discuté avec Robin Wright pour qu'elle reste avec nous, mais elle a refusé. C'est dommage pour ses nombreux admirateurs qui nous le font savoir dans leurs lettres. Les Français l'adorent.»

En bavardant avec Bridget Dobson, j'ai aussi appris que le roman d'amour entre Eden et Cruz est né d'une de vos lettres : «Un de vos lecteurs nous a expliqué, dès le début du feuilleton, qu'il verrait bien une idylle entre cette riche et blonde Californienne et le policier playboy. Les scénaristes se sont mis à l'oeuvre et voilà.» Sans trahir le suspense, laissez-moi vous révéler encore quelques secrets glanés au cours de cet anniversaire qui s'est terminé en dansant et en chantant. Eden que l'on croit morte dans un terrible accident revient soudain au hasard d'un épisode et surprend Cruz dans les bras d'Eleanor. C.C. Capwell risque de perdre toute sa fortune car le sérum mis au point dans ses laboratoires, mais commercialisé trop tôt, est responsable de la mort de plus de quinze personnes.

Pour Bridget Dobson, Santa Barbara peut très bien continuer une éternité : «Nos scénaristes ne sont jamais à court d'idées et les comédiens eux-mêmes donnent des idées de situations et de dialogues. Mais que les lecteurs de Télé 7 Jours nous écrivent encore. Leurs suggestions sont les bienvenues et nous espérons bien fêter le quatrième anniversaire de Santa Barbara l'année prochaine en France, avec eux.»

Cliquez sur les photos pour les agrandir
Scott Jaeck (Cain Garver), Sherilyn Wolter (Elena Nikolas), Nicolas Coster (Lionel Lockridge), Richard Eden (Brick Wallace), Jane Sibbett (Jane Wilson), Rick Edwards (Jake Morton), Kristen Meadows (Victoria Lane), Jed Allan (C.C. Capwell), Judith McConnell (Sophia Capwell Armonti), Robin Mattson (Gina DeMott Capwell), Robert Thaler (Pearl Bradford), Marcy Walker (Eden Capwell), A Martinez (Cruz Castillo), Jill Farren Phelps productrice exécutive, Bridget Dobson, Nancy Lee Grahn (Julia Wainwright Capwell), Marisol Rodriguez (Carmen Castillo), Jerome Dobson et Ross Kettle (Jeffrey Conrad), Jerome et Bridget Dobson, A Martinez et Marcy Walker, Marcy Walker, Marcy Walker et Jed Allan (C.C. Capwell), Richard Eden (Brick Wallace) et Marcy Walker, Nicolas Coster et Susan Marie Snyder (Laken Lockridge), Nicolas Coster, Susan Marie Snyder, Kristen Meadows et Marisol Rodriguez, Ross Kettle et Nicolas Coster, Ross Kettle et Rick Edwards, Sherilyn Wolter et Rick Edwards, Sherilyn Wolter et Jane Sibbett