Santa Barbara lâché !

 TV Week, 1992

 Accueil   This page in English  

Une onde de choc est encore ressentie à travers le monde depuis la nouvelle que le soap 23 fois vainqueur aux Emmy awards, Santa Barbara, a été annulé aux Etats-Unis.

La série, qui a débuté sur NBC en juillet 1984 est actuellement regardée dans 48 pays - parmi lesquels l'Italie, l'Espagne, la Belgique, le Luxembourg, l'Allemagne, la Finlande, Taiwan, la Chine et le Japon - faisant d'elle le soap le plus largement regardé dans le monde, d'après les producteurs du soap, New World Entertainment. Le feuilleton sera diffusé pour la dernière fois en janvier de l'année prochaine et s'est vu donner seulement six semaines pour trouver un acheteur sur une autre chaîne avant que les décors soient démolis.

Des rumeurs se sont vite répandues au sujet du remplaçant du soap, et comme la chaîne se bat pour gagner de l'audience, des spécialistes de la télévision prédisent que Des Jours et des Vies (le soap aux plus fortes audiences de NBC) soit le prochain soap sur le billot. Il semble déjà que la série dérivée de Des Jours et des Vies, Manhattan Days avec Deidre Hall, ne verra pas le jour.

Les acteurs et les équipes techniques de Santa Barbara s'inquiétaient de la disparition de la série depuis des mois. Les choses sont devenues critiques, cependant, le week-end précédent l'annonce officielle. «On nous a passé le mot vendredi soir de la part du producteur exécutif (Paul Rauch)», raconte Jed Allan, qui a joué le patriarche C.C. Capwell dans Santa Barbara pendant les sept dernières années. Allan décrit sa réaction devant l'annulation de la série en disant simplement : «Hé, il faut aller de l'avant. Certaines personnes vont changer un peu leur train de vie, d'autres non. Comme je suis moi-même un magnat du pétrole, ça ne me dérange pas trop», plaisante-t-il. «Je vais probablement continuer à dépenser comme je dépensais. Rien ne va changer. Je vais continuer à vivre ma vie de la façon dont je la vivais. (Le rôle) va me manquer si, en fait, rien ne se passe», ajoute Allan, faisant référence aux rumeurs selon lesquelles la série pourrait être reprise. «Je me tournerai vers autre chose. Il n'y a pas toute une masse de types dans ma tranche d'âge qui sont familiers avec ce métier autant que je le suis. Je suis dans ce métier depuis 35 ans. J'aimerais aussi produire un de ces trucs. J'apprécierais ça. C'est là que se fait le contrôle.»

Membre de la distribution de longue date, Nancy Grahn (Julia Wainwright), qui joue dans la série depuis sept ans et demi et a récemment signé un tout nouveau contrat de deux ans avec la série, a découvert que Santa Barbara avait été annulé alors qu'elle était en vacances. Grahn semble prendre la nouvelles sans sourciller. «Je sais que c'est triste quand des gens perdent leur travail, peu importe qui ils sont, peu importe ce qu'ils sont, particulièrement de nos jours. Mais je sais aussi que toutes les bonnes choses ont une fin. Il y a des fins, et il y a des commencements. C'est de cela que la vie est faite.»

Mais que s'est-il passé de mal avec la série ? Grahn cite deux choses : «Le timing et les changements. Je pense que la série a été vraiment maudite avec des choses arrivant au mauvais moment. Chaque fois qu'il y a eu un problème ou quelque chose qui ne marchait pas, il a fallu qu'il y ait un changement par la chaîne ou la maison de production. Puis il y a eu des problèmes juridiques», dit-elle, faisant référence à la dispute au long cours pour le contrôle créatif de la série entre les créateurs de Santa Barbara, Bridget et Jerome Dobson, et New World Television. «Il y a toujours eu cette impression d'un tapis qu'on tire de sous vos pieds. Cela a été dur de faire avec ça. Chaque fois que les choses commençaient à se mettre en place et que tout le monde dansait sur la même musique, on tirait encore sur le tapis et tout le monde se mettait à dire : "Qu'est-ce qu'il se passe ?" Il y avait toujours de nouveaux scénaristes, de nouveaux acteurs, beaucoup de changements... C'était le ce système. Pas mal de fois ça a été parce les audiences n'étaient jamais élevées, et il y a toujours eu cette tentative d'essayer de les faire monter, ce qui est compréhensible. Mais en tentant de faire cela, très souvent ils ont réparé ce qui n'était pas cassé et ont cassé ce qui n'avait pas besoin d'être réparé.»

Jed Allan pense que rien n'allait mal avec le contenu de Santa Barbara. «Absolument rien n'allait mal avec la série», affirme-t-il catégoriquement. «C'est une série superbe... superbe ! New World a été très juste avec nous», maintient Allan. «Même le vice-président de NBC Daytime admet que nous avons une grande série et s'est battu comme un fou pour la garder à l'antenne. Je n'ai aucun doute concernant l'un ou l'autre. J'ai passé un bon moment... un grand moment. J'ai été très heureux ici. C.C. Capwell a été un grand rôle, peut-être l'un des meilleurs ici», dit Allan, notant, avec une certaine ironie, que son contrat avec la série serait arrivé à sa fin au même moment où Santa Barbara terminera sa course à la fin de l'année.