Robert Fontaine Jr. : «J'ai apporté mon âme à Rafe

 Par Nicolas, en exclusivité pour Santa Barbara : le site Français, avril 2012

 Accueil   This page in English  
Le 26 avril dernier, Robert Fontaine Jr. a accepté de prendre sur son temps pour répondre en exclusivité aux questions de Santa Barbara : le site Français. L'acteur parle de ses débuts, de sa période dans Santa Barbara en tant que Rafe Castillo, de sa nouvelle carrière en tant que scénariste / réalisateur / producteur depuis son départ de la série et de ses projets.

Les débuts avant Santa Barbara

Tout d'abord, parlez-nous un peu de vous : quel âge avez-vous aujourd'hui ? Où vivez-vous ? Vivez-vous en couple et avez-vous des enfants ?

Je vis à New York, avec ma femme depuis treize ans - à ce jour nous n'avons pas d'enfant.

Afin de mieux vous connaître, qu'avez-vous apporté de vous-même au personnage de Rafe Castillo dans Santa Barbara ?

J'ai apporté mon âme. Rafe était quelqu'un qui ne pensait qu'à travers des désirs intérieurs, et des orientations spirituelles. Une personne totalement en accord avec son moi intérieur.

Comment avez-vous débuté votre carrière d'acteur ?

J'ai commencé à suivre des cours avec le grand et regretté Gene Frankel à New York, en 1985. Gene jusqu'en 2004 était le seul vrai grand enseignant qui restait du Group theatre. Une union de quelques-uns des catalyseurs les plus respectés que le monde de la comédie ait jamais connu.

 

La période de Santa Barbara

Comment avez-vous débuté dans Santa Barbara ? Aviez-vous déjà regardé la série auparavant ?

NBC Television avait appelé mes agents en 1991, pour voir si je serais intéressé pour rejoindre leur chaîne. A ce moment-là j'étais sous contrat sur Alliances & Trahison / Hôpital Central, et j'étais seulement à la fin de ma première année dans ce feuilleton (j'avais un contrat de trois ans). Au début de ma seconde année dans Alliances & Trahison / Hôpital Central, la série était bas dans les sondages. ABC a pensé qu'en faisant revenir Gloria Monty (l'ancienne productrice créditée pour les jours de gloire quand Luke et Laura étaient au top), la série aurait plus de succès. Ils se sont retrouvés à renvoyer un grand nombre d'acteurs de qualité, et un grand producteur exécutif, Joe Hardy. J'ai été l'un de ces acteurs. Cela s'est avéré être un désastre pour la série au final. En tous les cas, l'offre de NBC était toujours ouverte, et nous avons commencé à discuter à nouveau de la possibilité pour moi de rejoindre la chaîne. A ce moment-là,  Santa Barbara n'était pas encore en train de rechercher après Rafe, et je ne crois pas non plus qu'il avait même été créé. Six mois plus tard, j'ai reçu un appel de mon agent, que NBC était intéressé pour me faire venir dans Santa Barbara. J'ai passé un essai caméra, et j'ai immédiatement obtenu le rôle cet après-midi-là.

Comment Rafe vous a-t-il été présenté au début ?

Rafe était une création passionnelle de Pamela Long, la chef scénariste de la série à ce moment-là. Elle avait des idées arrêtées sur qui était Rafe, toute son histoire - Elle était parfaitement claire sur ce qu'elle recherchait. J'ai faillit ne pas obtenir le poste car elle voulait quelqu'un avec des cheveux longs pour le rôle. Paul Rauch (le producteur exécutif) a dit : «Il est Rafe et ses cheveux peuvent pousser». Et ceci s'est avéré être le début de ce que j'appelle l'un des meilleurs moments de ma carrière. On m'a laissé en partie développer Rafe par instinct et Pamela Long a fait évoluer Rafe avec ce que je lui apportais.

Rafe semble être un personnage maudit : il n'a pas connu son père avant d'arriver à Santa Barbara, a été trompé à plusieurs reprises par Lisa (sa fausse grossesse, leur faux mariage...), il n'a pas eu la chance de vivre son vrai amour avec Lily... Est-ce aussi ainsi que vous voyiez Rafe ? Quels ont été vos astuces en tant qu'acteur pour ne pas faire de Rafe une victime ?

Comme Rafe était vraiment un personnage qui vivait instant par instant, il a toujours gardé son but devant lui. Je pense que quand la réalité de ce qui aurait pu être une grossesse est entré en jeu, ça a sûrement été un moyen de tester sa foi et ses convictions - Mais je pense qu'il n'aurait vraiment pas arrêté de vouloir croire que Lily était son âme-soeur, et en retour, que ce soit par volonté ou par les faits, il aurait toujours obtenu ce qu'il croyait lui appartenir. L'astuce était de toujours s'éloigner de l'évidence. Comme les gens n'aiment pas souffrir en général, avoir Rafe en errance dans la pitié aurait été un piège, et je crois en tant qu'acteur, moins intéressant.

Au final, Rafe quitte Santa Barbara seul. Qu'avez-vous pensé de la fin qui lui a été réservée ?

Je pense, comme avec n'importe quel autre personnage, que Rafe avait une vie avant l'écran, et qu'il continuerait d'y avoir toujours une vie après le rideau - ça a été douloureux, à la fois pour lui et pour moi, mais avec quelqu'un comme Rafe, on peut toujours imaginer toutes sortes de choses aventureuses, et la passion que quelqu'un comme Rafe pourrait trouver sur sa route. Je suis certain que les scénaristes ont pensé que si quelqu'un devait continuer à avoir une vie après Santa Barbara cela serait Rafe. Enfin, je pense que la fin était très poétique, et digne de Rafe, et si la série ne s'était pas terminée, Rafe serait revenu juste au bon moment.

Quels ont été vos partenaires de jeu masculin et féminin préférés en tant que Rafe ?

En ce qui concerne les partenaires de jeu féminines - à part celles avec qui j'ai partagé seulement des moments à l'écran, je dois dire que ça a été Paula Irvine. Elle connaissait, et de loin, le mieux son personnage, et je pense que nous avons bien travaillé ensemble. Je pense souvent à elle et ça me manque de travailler avec elle.

Vous avez été l'un des acteurs à connaître les derniers épisodes de la série. Quand avez-vous appris que Santa Barbara allait définitivement se terminer ? Que pensez-vous aurait pu le sauver ?

Pour être assez honnête, la chaîne a menacé de supprimer la série pendant tellement d'années, que tous les membres de la distribution plus anciens n'étaient pas du tout inquiets. C'étaient des nouvelles qui dataient et ils étaient toujours à l'antenne. Pour les membres de la distribution plus récents, je pense juste qu'ils faisaient avec ce qu'était le sentiment général. Ils ont mis ça de côté comme une vieille rumeur, qui reparaissait à nouveau. Je ne me souviens pas spécifiquement quand l'annulation a été confirmée, mais je pense que c'était un peu après les intrigues qui sont venues après les tournages à Cleveland et en Russie. Peut-être que ça s'est fait juste un mois ou deux avant. Je pense que si New World avait juste vendu la série à NBC, et avait peut-être maintenu certains des droits de distribution, alors nous serions toujours à l'antenne.

Quel sont vos meilleurs souvenirs de la série, sur un plan relationnel et professionnel ?

Je pense que ce qui me manque le plus est le souvenir d'une unité familiale. Nous avons tous appris à nous aimer les une les autres et à nous soutenir. C'était réellement une famille. Je ne peux pas dire que j'aie travaillé avec un groupe de personnes plus professionnelles avant ou depuis cela. De grands talents, et une grande équipe productrice.

Etes-vous resté en contact avec des membres de la distribution ou de l'équipe après votre départ ?

Je parle souvent avec Michael Brainard et à l'occasion avec Forry Smith.

Si vous n'aviez pas joué Rafe, quel personnage auriez-vous aimé interpréter ?

Rafe  :-)

 

Ces 19 dernières années après Santa Barbara et maintenant

Après Santa Barbara, vous avez interprété Ray Guzman dans le soap-opera As the World Turns, sept ans après avoir quitté Alliances & Trahison / Hôpital Central. Quelle comparaison pouvez-vous faire entre tous ces soap-operas dans lesquels vous avez joué ?

Ray Guzman a été une erreur. Alliances & Trahison / Hôpital Central, une équipe assez froide à cette période-là, mis à part certains.
Santa Barbara a été de loin l'environnement le plus chaleureux et accueillant dans lequel travailler. Je me sentais respecté, et inspiré. As The World Turns, c'était comme travailler dans une ferme d'egos.

Depuis quelques années maintenant, vous êtes devenu scénariste, réalisateur, et à présent vous possédez votre propre société de production, Industrial House Films. Comment est venu ce choix d'élargir vos activités professionnelles ?

Pour la plupart, j'étais fatigué de jouer des stéréotypes. Je sentais que je ne ferais jamais partie de quelque chose de plus signifiant, si je n'essayais pas de le créer par moi-même. Les temps étaient durs entre deux séries alors. A cette période-là, il n'y avait pas beaucoup de boulot par ici. Il y a eu beaucoup de périodes de creux et de lutte. Des périodes où des offres se sont présentées, mais n'ont pas abouti. Alors j'ai commencé à écrire.

Les films et documentaires sur lesquels vous avez travaillé ces dernières années ont en commun d'être assez réalistes, et de s'attaquer au sujet des immigrés ou du moins des minorités ethniques aux Etats-Unis, et de la violence créée autour de ce sujet. Pouvez-vous me parler un peu de ce choix ? Est-ce quelque chose de personnel pour vous ?

En tant que scénariste / réalisateur, je tends habituellement à me concentrer sur des histoires axées sur les personnages. Les crimes de haine aux Etats-Unis, et ce genre de sujets ont résonné en moi. Je ne tends pas à faire de la politique dans mon travail, mais après avoir fait des recherches et parlé avec des victimes, la question est assez grave. Les crimes de haine contre les Hispaniques d'origine amérindienne ont connu une croissance de 63% depuis 2003. J'ai pensé que c'était un sujet très important et une histoire qui doit être abordée et racontée. Alors oui, j'ai estimé que c'était une responsabilité sociale.

Quels sont vos projets pour cette année ?

Je suis actuellement en train de travailler sur un film au sujet d'un vieil homme de 90 ans qui n'a pas revu son fils depuis plus de 30 ans. Et qui ressent le besoin de se réconcilier avec lui avant de mourir, et ne parvient pas à trouver le repos tant qu'il ne l'a pas retrouvé.
Sur l'autre (projet), je suis producteur associé dans une comédie de Guy Pearce intitulée Mis-Fits.

Que voudriez-vous dire à tous les fans de Santa Barbara à travers le monde qui ne vous ont pas oublié en tant que Rafe ?

Merci. Parce qu'il continue à vivre dans les mémoires, et dans une certaine petite façon, moi aussi.
Bien à vous !

Encore tous mes remerciements à Robert Fontaine Jr. pour son temps, sa gentillesse et ses engagements.