11 Juillet 2013 - 14 ans de Santa Barbara : le site Français
30 Juil
let 2013 - 29 ans de Santa Barbara

Miranda Wilson : «Sandra était un personnage tellement amusant à jouer.»

 Par Nicolas, en exclusivité pour Santa Barbara : le site Français, août 2013

 Accueil   This page in English  
Le 05 août dernier, Miranda Wilson a accepté de prendre sur son temps pour répondre en exclusivité aux questions de Santa Barbara : le site Français. L'actrice parle de ses débuts, de sa période dans Santa Barbara en tant que Sandra Mills, de la place des perceptions extra-sensorielles dans sa vie, et enfin de sa carrière depuis son départ de la série.

Les débuts avant Santa Barbara

Tout d'abord, parlez-nous un peu de vous : quel âge avez-vous aujourd'hui ? Où vivez-vous ? Vivez-vous en couple et avez-vous des enfants ?

J'aurai 53 ans lors de mon anniversaire cette année, le 10 septembre 2013. Je vis en Angleterre à présent depuis juste un peu plus de 15 ans et j'ai élevé mes enfants seule depuis qu'ils sont très jeunes. Mon ex-mari est anglais et français et j'ai déménagé en Angleterre afin de travailler avec un groupe d'amis qui partage les mêmes opinions que moi pour ouvrir une école primaire holistique.

Afin de mieux vous connaître, qu'avez-vous apporté de vous-même au personnage de Sandra Mills dans Santa Barbara ?

La première chose importante a été ma forte croyance dans la perception extra-sensorielle.
Et ma propre vulnérabilité, mon incertitude et mon désir d'être acceptée et aimée. Quand je regarde ces scènes, aujourd'hui, je suis horrifiée de comment j'ai interprété Sandra d'une manière si fragile. Et pourtant, je me sentais tellement plus forte en moi-même que lorsque je jouais Megan dans Des Jours et des Vies. Je suppose que c'est cette sensation plus forte de moi-même qui m'a permis d'être si vulnérable avec elle.

Comment avez-vous commencé votre carrière d'actrice ?

Ma première audition professionnelle a été pour le rôle de Megan Hathaway DiMera dans Des Jours et des Vies. Mais ma "carrière" a commencé quand j'étais une jeune fille et que je SAVAIS complètement que j'étais actrice. On pourrait dire que ça a commencé par jouer devant ma famille à des réunions (familiales), à des dîners. La première pièce dans laquelle j'ai joué a été à l'âge de 11 ans, elle était intitulée Shoo Fly Pudding. J'adore ce titre ! Le rôle principal était écrit pour un homme, mais à l'audition, Jan Rodak, à présent devenue une journaliste experte et pertinente, a décidé que j'étais la seule personne ayant auditionné qui était assez forte pour porter la pièce, donc elle m'a engagé et a changé le sexe. Après cela j'ai fait du théâtre communautaire, neuf pièces dans mon fabuleux lycée et puis un diplôme d'arts théâtraux à l'Université de Californie de Santa Barbara.
Quand j'ai déménagé à Los Angeles, à l'âge de 23 ans, j'avais un plan. J'exerçais deux boulots (un le jour et un la nuit) pendant deux mois, puis avec assez d'argent de côté, j'ai quitté l'emploi de nuit et j'ai auditionné pour Terra Nova au Morgan Wixon Theatre à Santa Monica. J'étais certaine que tout ce dont j'avais besoin était d'être dans une pièce et que je serais remarquée. A la fin de la pièce, j'étais toujours une inconnue. Et je n'avais pas d'autre plan. Quelques semaines plus tard, la soeur d'un des membres de la distribution de la série m'a appelée et a dit que l'un de ses clients était le chef scénariste de Des Jours et des Vies et qu'il était si stressé du fait qu'ils n'arrivaient pas à trouver une actrice qu'ils appréciaient pour jouer la célèbre petite-amie de lycée de Bo qui lui avait brisé le coeur. Elle m'a proposée. Et ma carrière professionnelle est née.

 

La période de Santa Barbara

Comment avez-vous débuté dans Santa Barbara ?

Santa Barbara a été mon troisième daytime soap, après Des Jours et des Vies et Capitol. A cette période-là, j'avais un peu la réputation d'être une fauteuse de troubles. De plus, la productrice Charlotte Savitz est venue sur Santa Barbara quand Capitol a été annulé. Donc quand le rôle de Sandra est apparu, elle m'a proposée.
D'une manière intéressante, j'ai presque failli ne pas avoir le rôle. Quand j'ai passé mon audition, j'avais l'idée qu'un médium voyait toutes les actions se dérouler dans sa tête. Ainsi j'ai joué le bout d'essai très silencieusement, intérieurement, presque hantée. Et puis j'ai volé jusqu'en Australie pour une conférence spirituelle que j'avais déjà réservée. Donc quand les producteurs ont exprimé des doutes sur le fait que j'avais assez ou pas de "capacité dramatique" en moi pour jouer Sandra, je n'étais plus là pour faire un autre essai et Charlotte et mon agent ont dû vraiment forcer la main en ma faveur. Je crois qu'ils ont même dû apporter une vidéo de mes précédents rôles pour les convaincre.
J'ai manifestement obtenu le rôle. Et j'ai coupé court à mon aventure australienne pour rentrer à temps pour commencer à tourner.

Comment Sandra vous a-t-elle été présentée au début ?

Eh bien, ils n'ont pas vraiment dit grand chose. Excepté qu'ils voulaient que je l'interprète avec plus d'énergie et de dynamisme que ce que je l'avais fait pendant mon audition.

N'aviez-vous pas peur de jouer un personnage avec des pouvoirs surnaturels ? Comment avez-vous réussi dans votre jeu à rendre Sandra crédible pour le public, avec toutes ses visions et ses transes ?

La question me fait rire. Je considère que les capacités "psychiques" sont inhérentes à chacun d'entre nous, plutôt que surnaturelles. Je suis convaincue que ces talents naturels nous sont transmis par notre peur basée sur la culture. C'est ma croyance et mon expérience (qui me disent que) que nous avons reçu tout un tas d'informations que nous avons partagées quand nous étions jeunes et qu'il nous a été dit alors, par des adultes bien intentionnés, que c'étaient des bêtises ou seulement notre imagination. Et nous sommes poussés à croire que "notre imagination" est en quelque sorte mauvaise ou moins importante ou moins digne de confiance que nos esprits carrés. Et en étant les êtres-éponges que nous sommes, on prend ça comme argent comptant et commençons à supprimer notre système de guidage inné. Nous le remplaçons par un système de guidage extérieur qui ne nous est pas spécifique, à nos vies, nos dons et nos talents. Et par conséquent nous construisons nos réponses et vivons nos vies comme des êtres inauthentiques.

On en revient à la question. J'étais ravie d'avoir l'opportunité de jouer un tel personnage. Et rassurée par le fait que la série avait engagé un "conseiller technique" pour discuter avec moi. C'était une médium de Floride qui avait aidé la police à résoudre des crimes. Rappelons-le, c'était à l'époque où 1- nous devions attendre que la série soit diffusée avant de la voir. Pas de visionnage digital. 2- Pas de Skype ou d'autre moyen de voir la personne à l'autre bout de la ligne. Notre première conversation était simplement une recherche d'informations pour moi. Après cela, j'ai dû attendre deux semaines, jusqu'à ce que mes épisodes commencent à être diffusés, avant de pouvoir avoir des retours de sa part. Et très tôt mon défi a été comment rendre intéressant pour le public le fait que je voyais des choses dans ma tête. Les yeux ouverts, les yeux qui tremblent, les yeux fermés mais avec les muscles faciaux qui bougent, etc. Une fois que je suis arrivée à court de nouvelles idées, elle a fait de son mieux pour faire des suggestions qui seraient réalistiquement correctes. En vérité, les "images" ou mots qu'un médium reçoit sont assez inintéressants pour un tiers. C'est comme regarder un appareil-photos qui enregistre des photos. L'action est entièrement à l'intérieur.

Etait-ce quelque chose auquel vous étiez déjà intéressée avant Santa Barbara, ou est-ce le rôle de Sandra qui vous a conduit à être davantage concernée par ce sujet ?

J'y étais déjà intéressée avant Santa Barbara. J'avais eu des expériences quand j'étais enfant qui avaient éveillé mon intérêt.

D'autres acteurs et actrices qui ont joué des "méchants" dans la série (Sherilyn Wolter, Kristen Meadows...) ont souvent parlé des réactions violentes des fans quand leur personnage était près de menacer le couple Eden et Cruz. Est-ce quelque chose auquel vous avez été confrontée ? Si oui, comment avez-vous réagi à ces réactions en tant qu'actrice ?

Eh bien, c'était mon troisième rôle d'une étrangère s'intercalant entre un couple favori, j'en avais l'habitude, en grande partie. Quand j'étais dans Des Jours et des Vies, ce genre de choses m'affectait vraiment. Je voulais être celle que tout le monde acclamerait plutôt que celle que les gens hueraient. Mais j'adorais tellement le travail que je consentais à accepter que cela semblait être les rôles que j'attirais alors et je mordais à pleines dents dedans. Et Sandra était un personnage tellement amusant à jouer. Je me délectais vraiment de cette opportunité.

Quels ont été vos partenaires de jeu masculin et féminin préférés en tant que Sandra ?

A Martinez a été sans équivoque mon partenaire masculin préféré. C'est un professionnel accompli et un acteur remarquable.

Vous avez quitté la série après cinq mois intensifs. Quelles ont été les raisons de votre départ ? Qu'avez-vous pensé de la fin qui a été réservée pour Sandra à ce moment-là ? Auriez-vous aimé une "vraie" scène d'au revoir pour elle ?

Eh bien, oui, non, et à ce moment-là ce n'était pas important.
J'avais rencontré mon futur mari quand j'étais en Australie. Et j'avais mentionné à Charlotte (Savitz), quand l'intrigue sur Adriana venait à son terme, que je sentais vraiment qu'il était temps pour moi de me marier et d'avoir des enfants. Dans mon esprit, cela voulait dire quitter momentanément mon travail pendant que les enfants seraient jeunes afin que je puisse me centrer sur le fait d'être avec eux moi-même plutôt que d'avoir à les faire élever par une nourrice. Comme cela s'est avéré, NBC a changé le chef des responsables des programmes de journée et le nouveau patron ne croyait pas dans les médiums et n'a pas voulu conserver le personnage dans la série après tout ça. Je pense que la manière dont ça a été géré a été assez légère pour les fans. Mais à ce moment-là j'étais d'accord avec ça parce que j'étais concentrée sur mon coeur.

Quel sont vos meilleurs souvenirs de la série, sur un plan relationnel et professionnel ?

Tout le monde sur la série était vraiment merveilleux dans ce qu'il faisait. Professionnellement ils étaient les meilleurs. Jerry Adler, notre chef de plateau, était un grand ami. Richard Bloore, le costumier, était un ange. Il est impossible de nommer tout le monde, mais c'était incontestablement comme une famille sur le plateau.

Etes-vous restée en contact avec des membres de la distribution ou de l'équipe après votre départ ? Avez-vous continué à regarder la série ?

J'ai déménagé en France ! Donc pas beaucoup de contacts - à nouveau, c'était avant les ordinateurs, les emails, Facebook. Jerry Adler et moi sommes restés en contact pendant quelques années. Mais personne d'autre, vraiment. Il y a environ six ans, j'étais à Santa Monica et je suis montée dans un ascenseur dans un parking et je me suis retournée pour voir que les deux autres personnes dans l'ascenseur étaient A et sa femme ! Ca a été une telle surprise.

Si vous n'aviez pas joué Sandra, quel personnage auriez-vous aimé interpréter ?

Eh bien, Sandra était un rôle tellement parfait. Je ne peux vraiment pas imaginer jouer aucun des autres personnages de Santa Barbara.

 

Ces 24 dernières années après Santa Barbara et maintenant

Pouvez-vous revenir sur les années suivantes de votre carrière après Santa Barbara ? J'ai lu que vous êtes allée au Festival du film de Cannes en 2005. Pouvez-vous nous en dire plus sur l'incroyable expérience que cela doit être ?

Pendant les 14 années suivant Santa Barbara, sauf une exception, je me suis concentrée sur le fait d'être mère. La seule exception a été un film fait par un bon ami, Ra'uf Glasgow, intitulé Salmon Run. Malheureusement il n'est jamais parvenu à être distribué.
Le film à petit budget que j'ai fait en 2004 a été jusqu'au Festival du film de Cannes. Et pour moi, la vraiment meilleure chose dans le fait d'être dans ce film a été le fait que j'ai été en mesure d'aller à Cannes, en tant qu'actrice dans un film qui était en compétition au festival. J'adore la France et ça a été dingue d'être interviewée, photographiée et habillée par les icônes de la mode pour que je puisse descendre le tapis rouge.

Le film en lui-même a été un peu
une déception pour moi. J'étais très concentrée à faire en sorte que la fin violente soit faite d'une manière qui soit quelque peu artistique et cependant toujours troublante. Il s'était mis d'accord avec moi et avait partagé sa vision, mais à la fin il est allé complètement contre ce qu'il avait dit qu'il allait faire. Ca a rendu la fin non seulement douloureuse à regarder mais aussi sans goût. Ou disons, pas ce que je considère artistique. Environ un tiers du public est sorti pendant cette partie du film. Et pour moi, ça invalide complètement le propos du film. Si vous voulez éveiller à un message, ce qui est ce que le réalisateur disait qu'il voulait, alors vous devez au moins conserver leur attention et leur empressement à s'adresser à de nouvelles consciences.
L'autre déception pour moi a été qu'ils avaient
laissé l'emploi du temps du film prendre le pas sur les besoins artistiques. La seule scène de dialogue substantielle que j'avais a été tournée à la fin d'une longue journée, de 18 heures à ce moment-là, et et nous avions attendu en costume et maquillés à ne rien faire de la journée. Le réalisateur savait que l'équipe avait besoin d'une pause, donc il a tourné la première prise et a dit qu'elle était bonne. J'étais horrifiée. Je pensais qu'on s'échauffait juste et la scène donne juste l'impression d'être mal jouée.

J'ai lu sur votre site officiel que vous avez vécu une fois dans le sud de la France. Qu'est-ce qui vous a conduite là-bas ? Quel est votre point de vue sur la France et notre mode de vie ?

Mon ex-mari est moitié français, moitié anglais. J'ai toujours aimé ce qui est français et quand nous nous sommes mariés et que des amis nous demandaient nos plans, je disais allègrement : "Un jour, nous vivrons dans le sud de la France, à marcher pieds nus dans la campagne, à ramasser des herbes et à avoir des bébés". Après avoir entendu cela pendant des mois, mon mari a dit : "Eh bien si c'est ce qui te rendra heureuse, alors faisons-le". Donc nous l'avons fait. Ses parents avaient une maison de vacances où ils sont depuis installés en retraite, près d'Avignon au pied du Mont Ventoux. Nous avons commencé là, puis fini à Forcalquier. Parce que j'ai accouché à la maison, mon fils aîné est le seul enfant à être né dans la ville depuis que l'hôpital a fermé il y a 50 ans de cela environ.

Avez-vous des projets à venir pour cette année ?

Le mois prochain, mon aîné, Samuel, attend leur premier enfant, donc mon projet est d'être avec eux et d'aider à la naissance et à toutes les choses qu'un nouveau bébé et une famille ont besoin.
En dehors de cela, je suis enfin le chemin centré sur mon retour vers la comédie, ici à Londres. Et je suis ouverte à jouer en France si j'en ai l'opportunité.

Que voudriez-vous dire à tous les fans de Santa Barbara à travers le monde qui ne vous ont pas oubliée en tant que Sandra ?

Merci ! Merci mille fois ! Je vous aime !

Vous pouvez suivre Miranda Wilson sur Twitter : @MirandaCAWilson
Et vous pouvez aussi suivre les fils Twitter sur Des Jours et des Vies avec l'objectif d'aider les fans de longue date de Des Jours et des Vies à persuader NBC de faire revenir son personnage, Megan Hathaway Dimera :
@DaysofourLives, @WeLoveNBCdays, @nbcdays

 

L'album photos personnel de Miranda Wilson
Passez avec votre souris sur les photos pour en lire les légendes


La belle-fille de Miranda, Lai-Si Fernandez, est une chanteuse américano-cubaine. Elle était en France il y a quelques années à chanter et enregistrer avec un rapper nommé Shabaaz : http://www.laisimusicinc.com - http://www.youtube.com/watch?v=Q2DFEb6lwIA

Encore tous mes remerciements à Miranda Wilson pour sa gentillesse et l'intéressant partage de ses profondes croyances.