11 Juillet 2009 - 10 ans de Santa Barbara : le site Français
30 Juil
let 2009 - 25 ans de Santa Barbara

Jed Allan : «Les fans sont ce qui nous fait avancer.»

 Par Nicolas, en exclusivité pour Santa Barbara : le site Français, août 2009

 Accueil   This page in English  
Les 12 et 13 août dernier, Jed Allan a accepté de prendre sur son temps pour répondre en exclusivité à la plupart des questions de Santa Barbara : le site Français. L'acteur parle de ses débuts, des années Santa Barbara en tant que cinquième interprète de C.C. Capwell, et enfin de sa vie depuis la fin de la série.

Les débuts avant Santa Barbara

Tout d'abord, parlez-nous un peu de vous : quel âge avez-vous aujourd'hui ? Où vivez-vous ? Quel âge ont vos fils et que font-ils ? L'un d'eux, Mitch Brown, a joué C.C. jeune en 1990. Pouvez-vous nous dire comment c'est arrivé ?

Je vis à Palm Desert, en Californie, à présent. Ma famille s'est beaucoup élargie avec les années. Mes fils sont Mitch, 48 ans, Dean, 46 ans, et Rick a eu 43 ans en mai. J'ai six petits-enfants, quatre filles et deux garçons âgés de 7 à 18 ans. Mitch est toujours acteur, cependant il n'a pas joué C.C. jeune. Il a été dans le soap Capitol pendant une paire d'années.

Afin de mieux vous connaître, qu'avez-vous apporté de vous-même au personnage de C.C. ?

Ca se fait tout seul en quelque sorte, vous offrez toujours quelque chose de vous-même, mais pas le véritable personnage en lui-même. Je laisse beaucoup plus aller les choses que C.C. J'ai vraiment appris ce que je n'aimais pas de moi-même dans le rôle. Il y a eu tellement trop de choses de moi-même que j'ai dû mettre en lui que je n'aimais pas. C.C. était immuable et j'ai cette obstination, même si je me suis adouci avec les années.

Quand avez-vous su que vous vous vouliez devenir acteur ?

A l'université je voulais être DJ. Un professeur m'a encouragé à jouer dans une pièce, et après ma performance, il m'a dit de continuer et de ne pas abandonner, donc je l'ai pris à coeur. J'ai vraiment apprécié jouer.

Comment avez-vous commencé votre carrière ?

Après l'université à Washington, j'ai commencé par faire faire des photos et courir les auditions. J'ai vécu sur la côte est et à New York. C'est beaucoup plus facile qu'en Californie. En Californie, vous avez besoin d'un agent pour faire aller les choses, mais à New York vous pouvez marcher dans la rue et rencontrer des producteurs et des scénaristes. Cela demande beaucoup de réseau, de rencontres entre personnes et énormément d'auditions.

 

La période de Santa Barbara

Comment avez-vous débuté dans Santa Barbara ? Aviez-vous déjà regardé la série quand Charles Bateman ou ses prédécesseurs jouaient déjà C.C. ?

J'ai auditionné pour entrer dans la série avant qu'elle soit en fait diffusée, mais je ne pouvais pas me dérober de mon contrat avec Des Jours et des Vies. Puis après avoir quitté Des Jours et des Vies, j'ai fait des pièces de théâtre et des apparitions dans des séries de prime-time et ensuite j'ai de nouveau auditionné pour le rôle. Ils n'étaient pas sûrs, donc je leur ai dit de m'appeler s'ils se décidaient. J'étais en voyage avec ma femme et des amis en Europe quand ils m'ont rappelé pour une seconde audition (environ cinq semaines plus tard). Je ne me suis pas précipité pour rentrer. Après que mes vacances soient finies,  j'ai passé une deuxième audition sur cassette. Cela leur a pris deux semaines pour m'offrir le rôle. Je n'ai pas regardé la série avant d'y arriver, mon temps était assez occupé à voyager et réaliser d'autres projets.

Dans votre autobiographie Please, Spell the Name Right, vous racontez comment vous vous êtes avéré être celui qui a annoncé à Charles Bateman que vous étiez sur le point de le remplacer en tant que C.C.. Pouvez-vous nous raconter toute cette étonnante histoire ?

Nous étions invités à la même fête, je l'ai vu puis je suis allé vers lui. Je savais qu'il ne savait pas qu'il allait être renvoyé. Je ne trouvais pas que c'était juste, il a mentionné que les choses allaient bien pour lui et je me suis senti mal à l'aise. Après réflexion je l'ai emmené dans une pièce et je lui ai tout dit en privé. Naturellement il était énervé et il voulait protester auprès des producteurs, mais je l'ai convaincu que cela n'en valait pas la peine.

C.C. pouvait être un personnage difficile à jouer. Il était très autoritaire, borné, toujours très protecteur avec les siens... Comment êtes-vous parvenu à le rendre si attachant malgré ces défauts ?

C'est la clé dans les soaps. Si vous ne pouvez pas les rendre attractifs, vous n'avez pas de longévité. Vous avez à donner vie à un personnage et ajouter de la couleur et de la dimension auquel cas vous avez un personnage plat et en noir et blanc qui ne va pas durer très longtemps. Vous n'avez pas à utiliser de votre expérience personnelle. Vous devenez en quelque sorte le personnage. Comme j'étais le 5ème C.C., j'avais le pouvoir de faire comme je le voulais et l'écriture était excellente pour moi et quand elle ne l'était pas, je l'améliorais.

Avez-vous essayé de vous inventer un passé pour C.C. afin de justifier ses relations avec chacun de ses enfants ?

Non, j'ai essayé de prendre un nouveau départ  et de jouer avec les acteurs qui étaient présents. Chacun d'eux est unique et ce n'est pas le passé de C.C. qui m'intéressait, seulement son avenir.

En tant qu'acteur, comment est-ce de jouer avec différents acteurs dans le même rôle ? Je pense particulièrement à tous les différents interprètes de Kelly, Mason et Ted avec qui vous avez dû jouer...

Cela dépend de combien l'acteur est bon. Vous avez à vous ajuster à leurs changements et leur nouvelle personnalité. Certains étaient plus aguerris et mieux qualifiés pour le rôle que d'autres. Les fans n'aiment pas quand des personnages sont redistribués et cela peut rendre le boulot des autres acteurs difficile si le remplaçant ne se prête pas aussi bien au personnage que la personne qui est partie.

Dans votre autobiographie, vous écrivez qu'une "femme" a fait de votre vie un "véritable enfer" durant la dernière année de la série. Mais ce n'est pas suffisant pour devenir de qui il s'agit... Nous avons besoin d'un autre indice à présent !

Je ne donnerai pas de nom. Le seul indice que je donnerai est qu'elle vit avec un acteur assez connu, du moins je pense que c'est toujours le cas. Je ne sais pas comment il peut supporter de vivre avec elle depuis toutes ces années.

Mon année préférée pour C.C. est 1986 quand, victime de chantage par Gina, il doit l'épouser, mais continue de voir Sophia, son vrai amour. Quelles ont été vos intrigues préférées et celles que vous avez particulièrement détestées ?

Celles que j'ai vraiment détestées ont été celles avec la femme mentionnée dans mon livre. Ces dernières n'ont pas été amusantes du tout.

Que pensez-vous des dernières intrigues concernant C.C. en 1992 (la naissance de Channing III, l'histoire d'amour avec Santana, puis Angela...) ?

Je n'ai pas aimé l'histoire avec Santana, mais je pense que la fin de la série se termine avec C.C. épousant à nouveau Sophia. Ca j'ai aimé.

Quels ont été vos partenaires de jeu masculin et féminin préférés en tant que C.C. Capwell ?

Question difficile, il y a eu beaucoup trop de gens biens pour faire des comparaisons. Beaucoup de ce qui a rendu de jouer avec ces  gens appréciable ont été les scénarios (ou le manque de scénarios) qui ont été écrits à l'époque.

Comment considérez-vous les évolutions que Santa Barbara a connues à travers les années ? Quelles ont été les raisons de la chute des audiences dans les années 90 (Mauvais scénarios ? Départ de personnages importants ? Manque de personnages excentriques comme Kirk ou Keith ? Manque d'humour ?) ? De plus, quelle était pour vous la touche des Dobson sur Santa Barbara ?

Je n'étais pas là au début donc je ne peux pas vraiment répondre à cela. La seule chose que je peux vraiment dire est que ce sont les évolutions et les changements qui ont aidé la série à durer aussi longtemps qu'elle l'a fait. Les séries qui stagnent ne durent pas. Quant à la raison de la baisse des audiences, il y a eu beaucoup de batailles en interne. La bataille entre les sociétés de production ont causé des problèmes. Les batailles en interne ont posé des problèmes au niveau de l'écriture et de l'ensemble de la production, ce qui a provoqué la baisse des audiences. Les téléspectateurs n'avaient plus droit à la qualité à laquelle ils étaient habitués.

Vous avez été l'un des acteurs à connaître le tout dernier épisode de la série. Quand avez-vous appris que Santa Barbara allait définitivement se terminer ? Que pensez-vous aurait pu le sauver ?

Il y a eu des rumeurs six mois auparavant, mais nous n'y avons pas cru. Environ trois mois avant la fin, nous avons reçu mot que la série allait définitivement être annulée. Nous avions l'espoir qu'elle pourrait continuer, mais nous n'avons pas été surpris. Comme ce n'était pas le jeu qui posait problème, à moins d'un tollé d'envergure de la part des fans à travers le monde, il n'y avait pas grand chose qui aurait pu sauver la série.

Quel a été votre meilleur souvenir de la série, sur un plan relationnel et professionnel ?

Professionnellement, j'ai adoré la partie de poker qui a été l'un des meilleurs épisodes. J'ai aussi aimé les scènes où je devais passer pour mort et me cacher dans le cercueil. Cela a engendré beaucoup de moments amusants.

Etes-vous resté en contact avec des membres de la distribution ou de l'équipe après votre départ ?

Nous ne sommes pas vraiment restés en contact. Je vois effectivement Louise Sorel et Judith McConnell une fois de temps en temps, mais c'est tout.

Si vous n'aviez pas joué C.C., quel personnage auriez-vous aimé jouer ?

Non, j'ai adoré C.C., c'est le rôle pour lequel j'ai auditionné à l'origine avant que la série commence. Le seul autre rôle que j'aurais pu jouer est le rôle de Nick Coster.

 

Ces 16 dernières années après Santa Barbara et maintenant

Vous avez joué dans des daytime soap-operas, des séries de prime-time, des films... Quelle différence faites-vous entre tous ces genres de programmes en tant qu'acteur ? Lequel d'entre eux préférez-vous ?

J'adore jouer au théâtre mais si je peux choisir le rôle parfait pour moi.

Pouvez-vous revenir sur les années suivantes de votre carrière après la fin de Santa Barbara ?

Beaucoup de choses différentes. Je suis allé en Russie et j'ai fait quelques séries là-bas, j'ai fait un téléfilm. J'ai fait une série de trucs épisodiques, Walker Texas Ranger et bien sûr, 25 épisodes de Beverly Hills parmi tellement d'autres que je ne peux pas me rappeler de tout. Les derniers soaps ont été Port Charles et un court rôle dans Alliances & Trahisons / Hôpital Central.

En 1997, vous avez joué dans Arlette, un film français avec Josiane Balasko et Christophe Lambert. Comment est-ce arrivé ?

Intéressant... Je n'ai pas vu le film. C'est simple en fait. Les auditions se sont tenues à Los Angeles et j'étais l'un des deux seuls acteurs anglophones du film.

Avez-vous des projets pour cette année ?

J'ai une audition prochainement pour Cold Case : Affaires Classées sur CBS. Souhaitez-moi bonne chance. Mais à présent j'ai un manager et plus d'agent, donc je suis quasiment retraité.

Que voudriez-vous dire à tous les fans de Santa Barbara à travers le monde ?

C'est dommage que les fans de Santa Barbara qui maintenant encore sont toujours fidèles à la série n'aient pas pu faire davantage de bruit à l'époque. Peut-être alors que la série n'aurait pas été annulée. J'espère qu'ils continueront à être des fans et des amis à mon égard. Les fans sont ce qui nous fait avancer.

 

Encore tous mes remerciements à Lori (Official Jed Allan Fan Page) qui a été d'une grande aide dans la réalisation de cette interview, et bien entendu à Jed Allan pour son temps et sa gentillesse.